Solidarité avec l’UCL

Solidarité avec l’UCL

Suite à l’attaque fasciste contre la librairie La Plume Noire à Lyon, nous relayons ce communiqué de l’OCL

Le 20 mars à Lyon, la librairie la Plume noire, local de l’Union Communiste Libertaire, a été une nouvelle fois la cible d’une attaque d’un commando de nervis fascistes. Il est clair que cette attaque, comme celles dont sont victimes toutes les personnes actives dans le soutien aux sans-papiers et aux immigrés, s’inscrit dans un contexte où se banalisent les thématiques nationalistes anti-immigrés pour les expulsions et la fermeture des frontières…

Notre réponse doit se situer sur le terrain des luttes sociales, dans les entreprises comme dans les quartiers, en s’appuyant sur l’invariant « Français/immigrés tous unis ». Il s’agit aussi de montrer que le fascisme n’est pas une verrue sur le corps social que l’on peut extraire à coups de décrets, mais une arme au service de la bourgeoisie pour diviser les exploités en les montant les uns contre les autres en profitant des crises. Par conséquent, il faut refuser toutes les thématiques de division des prolétaires sur des critères de race ou d’origine.

Il s’agit de ne pas confondre l’union de partis politiques ou de personnalités dites « progressistes » avec une union des prolétaires à construire à la base contre le capitalisme. D’autant que ces partis et personnalités n’ont souvent en tête que d’éviter le duel Le Pen/Macron et de parvenir à ce que les abstentionnistes (passés) basculent, même en se bouchant le nez, vers un « réflexe antifasciste » dont on sait à quel point il obscurcit la compréhension du fascisme et dont on connaît l’inefficacité.

La solidarité avec les camarades de Lyon comme l’autodéfense contre les fascistes s’inscrivent dans la lutte anticapitaliste pour la révolution sociale.

Organisation communiste libertaire (OCL)

http://oclibertaire.lautre.net/spip.php?article2600

Posted in General | Leave a comment

«Des comportements choquants …»

«Des comportements choquants …»

Plus d’un million de contraventions ont été distribuées durant la période du premier confinement ; la plupart d’entre elles pour défaut d’attestation de déplacement. Lors du second confinement, près de 300 000 sanctions supplémentaires ont été enregistrées. A cela, il convient d’ajouter 45 000 verbalisations pour «non respect du port du masque». L’ensemble de cette comptabilité réclamerait aujourd’hui d’être réévaluer.  

A eux seuls, ces chiffres suffisent à comprendre que depuis le sommet de l’Etat jusqu’au plus anonyme des commissariats de quartier, une politique unique prévaut ; celle-ci consiste à étreindre certaines fractions de la population afin de leur dénier toute capacité ou possibilité de faire face et de s’organiser par elle même pour solutionner des questions qui la concernent au premier chef. Au lieu de cela, un pouvoir militarisé qui se drape derrière la légitimité d’institutions réglées à la mesure de ses seuls intérêts de classe culpabilise, infantilise, discrimine et réprime. 

On sait comment, au titre de la lutte contre le virus, les quartiers populaires furent les premiers suspectés de «laisser aller» et investis en priorité par les forces de police. On sait surtout que c’est là où se paie le plus lourd tribu en terme de contamination, que le chômage y frappe plus brutalement encore et que les conditions d’existence au quotidien s’y dégradent de façon alarmante. Et comme on pouvait s’y attendre, la seule réponse que l’Etat apporta, dès les premiers instants où l’épidémie s’est répandue, fut de réprimer les initiatives d’entraides collectives qui se mirent spontanément en place car elles échappaient à son contrôle(1). 

De la même manière, nous n’avons pas oublié la haine qui anima l’ensemble du pot de pus médiatique lorsqu’en Ille-et-Vilaine quelques centaines de jeunes décidèrent en fin d’année de braver l’état d’urgence afin de partager durant l’espace de quelques heures un indispensable et vital moment collectif. Nous n’oublions pas davantage la façon avec laquelle Darmanin envoya ses flics mettre fin à la fête et traduire en justice celles et ceux qu’il qualifia de «délinquants». Depuis, on a appris de l’ARS de Bretagne que l’événement n’était à l’origine d’aucun cluster recensé à ce jour(2). De leur côté, les organisateurs avaient pris soin de communiquer sur les recommandations à observer et mettaient à disposition des participants tout le matériel de protection indispensable. 

Pendant ce temps, on nous rapporte qu’à son tour, tel ou telle ministre du gouvernement et le président lui même vient d’être contaminé par le virus ; certains poussant le civisme jusqu’à ne surtout pas l’avouer publiquement…

 

quand ça flambe dans les commissariats de Dunkerque 

Dernièrement, un groupe d’avocats de Dunkerque s’est alarmé du «comportement choquant» des policiers de plusieurs commissariats de la cité. Ces avocats qui interviennent au sein même des locaux viennent de dénoncer leur mise en danger  par «le non respect du port du masque et des gestes barrière de la part des membres de la police autant que des gardés à vue pendant les auditions.»(3) 

Les policiers dunkerquois incriminés n’étaient à notre connaissance ni les organisateurs ni les participants de la rave de Lieuron. Mais nul ne doutera du fait qu’il  échapperont à toute forme de contravention et de sanction judiciaire. Et cette fois l’ARS du Nord n’aura pas à investiguer longuement pour identifier les auteurs de nouveaux clusters puisque plus de 60 cas positifs au virus ont été détectés chez ces seuls porteurs d’uniformes …

Boulogne-sur-mer, le 01/03/2021

(1)Ce fut le cas dans plusieurs quartiers de différentes villes comme Marseille ou Montreuil. 

(2)L’Agence Régionale de Santé n’est que la courroie de transmission du pouvoir politique en matière de santé. 

(3)La Voix du Nord du 24/02/2021.

Posted in Politique sécuritaire | Leave a comment

Ce sera difficile mais nous n’avons plus le choix !

Ce sera difficile mais nous n’avons plus le choix !

Depuis la dernière manifestation des gilets jaunes en décembre 2020, aucune action notable ne s’est déroulée dans les rues de Boulogne-sur-mer. Pas même pour contrer la Loi de Sécurité Globale qui partout dans l’hexagone a conduit sur le pavé des dizaines de milliers d’opposants durant plusieurs samedis de suite. 

Dans ce climat, l’appel à la grève le 4 février ne pouvait être qu’un rendez-vous  lancé sans motivation et sans perspective. Peu relayé, il s’inscrit dans une routine officielle validant l’absence délibérée de stratégie combative au sommet des appareils. Avec 200 participants, la manifestation boulonnaise a essentiellement rassemblé des délégués de la CGT venus de plusieurs villes du littoral. 

Toutefois, refaire le procès des bureaucraties syndicales ne nous sera d’aucune utilité, à plus forte raison quand cette critique est portée en acte par les travailleurs de la société de voyage TUI, à l’origine de l’appel lancé pour la manifestation du 23 janvier(1). Ce texte a été signé par «une quarantaine de syndicats de boîtes CGT et quelques Sud»(2). Il prend à contre-pied les centrales enferrées dans une logique d’union nationale mortifère dont seul profite largement le patronat. 

En réunissant par ses propres moyens 2 000 personnes sur le pavé parisien, cette initiative spontanée n’a pas démérité. C’est un premier pas de franchi vers une coordination des travailleurs à la base, vitale face aux sombres nuées qui pointent à l’horizon. 

Où en sommes- nous ? 

Le rapport de force engagé contre le capital et l’Etat, pour dégradé qu’il soit, avait bénéficié avant l’épidémie des apports de la mobilisation des gilets jaunes. Son influence s’était fait ressentir auprès de nombreux travailleurs durant la dernière lutte contre la casse des retraites. Une base indocile était parvenue à mettre en difficulté un gouvernement retranché derrière les armes de sa police, bousculant au passage des bureaucrates embarrassés et pressés «d’en sortir». 

Depuis, la gestion de l’épidémie de Covid par l’Etat a décuplé les méfaits de la rationalité du capital sur notre vie quotidienne, jusqu’à nous laisser entrevoir le potentiel totalitaire qui assaillira notre existence si nous ne hissons pas à la hauteur de la situation dans les temps qui viennent. 

Atomisés et isolés, nous l’étions déjà auparavant, que ce soit dans notre travail ou notre vie de tous les jours. Mais pour que l’enfermement dans cette rationalité capitaliste soit relativement accepté et supporté par le plus grand nombre d’entre nous, quelques compensations dûment facturées nous étaient accordées. L’accès à un confort social minimum par exemple, sans compter l’illusion de liberté conférée par un déploiement technologique jusque là inédit. Tout cela s’employait à nous donner le change. 

le capital le pied au plancher

Mais depuis près d’un an maintenant, nombre de repères ont volé en éclat et certains phénomènes s’accélèrent. Pour des centaines de milliers de travailleurs l’horizon se dessine dorénavant comme un aller simple vers les affres du chômage. L’épidémie qui ne semble pas devoir s’éteindre de sitôt s’est offerte comme une opportunité pour les capitalistes qui n’attendaient que le moment opportun afin de réaliser dans des temps records les plans de restructuration en attente. 

La technologie se déploie elle aussi en un temps record et renforce sa position en particulier dans le secteur des services. Elle permet à une plus grande échelle encore de brouiller les cartes en termes de temps, de lieu et de modalités de travail. En colonisant désormais notre espace intime, elle accroît le sentiment de dépossession et d’isolement qui porterait à 49 % le taux de salariés «en détresse psychologique» en raison du télé-travail(3). 

Ce sentiment de déshumanisation par la perte du lien social est certainement l’un de ceux qui ont le plus progressé en l’espace de quelques mois seulement. Il apparaît crucial de le considérer non comme un phénomène passager mais comme un mécanisme durable qu’accompagne la politique de l’Etat au titre de «la protection de la population». Et on sait que le patronat ne lâchera pas une position si facilement acquise.  

Ce sentiment nous invite donc à penser la lutte de classe non plus uniquement en termes quantitatifs ou même qualitatifs. Il rend plus concrète et plus impérieuse la nécessité de l’envisager sous l’angle de la nature même de la société dont nous avons besoin afin que la vie vaille la peine d’être vécue. A la lumière de ce que nous endurons en ce moment, il apparait clairement qu’il ne s’agit plus de celle dans laquelle nous survivons aujourd’hui. 

Boulogne-sur-mer, 06/02/21

———

  1. https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/110121/23-janvier-manif-nationale-pour-interdire-licenciements-et-suppressions-d-emplois
  2. Courant Alternatif février 2021: «L’appel des TUI»
  3. https://www.capital.fr/votre-carriere/la-moitie-des-salaries-serait-en-detresse-psychologique-le-teletravail-pointe-du-doigt-1388795
Posted in Société de classes | Leave a comment

Une interview avec le groupe Angry Workers

Une interview avec le groupe Angry Workers

La revue anarchiste anglaise The Commoner a réalisé une interview du groupe londonien Angry Workers of the world. Nous proposons une traduction de cette discussion qui traite pour une large part de la pratique de l’enquête ouvrière. 

– Ce mois-ci, nous avons eu le plaisir de parler à AngryWorkers, dont les propos ci-dessous résument parfaitement leur conception unique de la pratique politique. Ils sont un espace d’enquête, et non de construction de syndicats ; ils créent des réseaux de soutien et de résistance, et ne distribuent pas de drapeaux et de badges. Dans cet entretien, vous apprendrez à mieux les connaître et à connaître leur travail, et vous serez confrontés à une approche de l’organisation qui défie les syndicats des deux catégories de bureaucrates et d’anarcho-syndicalistes. Vous pouvez les trouver en ligne et sur Twitter, et acheter leur livre, Class Power on Zero Hours, chez PM Press.

Comment est né AngryWorkers ?

Il y a différentes influences qui nous ont formés. Avant AngryWorkers, nous étions impliqués dans un groupe communiste libertaire (La Commune) et un collectif féministe (Feminist Fightback). Nous avons vu les limites de la politique traditionnelle de gauche, qui est principalement basée sur la production pamphlétaire et les campagnes. Nous voulions recentrer la politique communiste et internationaliste sur une partie stratégique de la classe ouvrière locale. C’est pourquoi nous nous sommes déplacés vers l’ouest, dans la zone de logistique et de transformation alimentaire de Londres. Ce mouvement a été influencé par nos expériences au sein du collectif « ouvrier » allemand Wildcat, qui a encouragé les enquêtes des travailleurs depuis les années 1970. Les enquêtes ouvrières sont une analyse militante du processus de production par les travailleurs et pour le pouvoir des travailleurs. L’idée principale est que si notre travail quotidien dépend du travail de milliers d’autres travailleurs ici et à l’étranger, par l’intermédiaire de la direction de l’entreprise et du marché, alors nous pouvons transformer cette coopération en une arme, en une coordination internationale de la lutte. Une autre influence est le travail de « Kamunist Kranti » / Faridabad Majdoor Samachar, des camarades en Inde, qui font circuler un journal ouvrier avec des histoires d’actions de travailleurs informels et des « idées communistes » plus larges parmi des milliers de travailleurs industriels depuis les années 1980. Nous avons ensuite été rejoints par des camarades de Pologne, qui avaient des expériences variées en matière d’organisation, tant dans l’organisation syndicale « Workers Initiative » que dans la Fédération anarchiste.

Quel rôle espérez-vous jouer dans le mouvement révolutionnaire ?

Nous pensons que la classe ouvrière – dans sa globalité et son histoire – possède les connaissances et les ressources pour s’émanciper. Le problème est que la classe ouvrière existe au sein d’un processus de production sociale divisé et hiérarchisé, qui est traversé par des frontières nationales, segmenté en bureaux de recherche et développement et en usines d’assemblage, séparé en lieux de travail collectifs et en ménages individuels. Une partie de la classe ouvrière est surchargée de travail et vit le capitalisme comme une productivité toujours croissante qui nous aspire et nous laisse relativement plus pauvres que la génération de nos parents. Une partie de la classe ouvrière est au chômage et vit le capitalisme comme une ceinture de rouille, désertée par la recherche d’une main-d’œuvre moins chère et de profits plus élevés. Tout cela est en mouvement, il n’y a pas de surpopulation permanente ni de classe ouvrière industrielle permanente. Les travailleurs migrent et le capital se déplace. Ce qu’il y a, ce sont des concentrations mobiles de travailleurs dont le pouvoir collectif connaît les hauts et les bas du boom régional et de la crise. Cela signifie que la lutte de la classe ouvrière se déroule dans le cadre de confinements matériels et de cycles régionaux. Les luttes dans une région de mines de platine en plein essor en Afrique du Sud développent un pouvoir et une dynamique différents de ceux d’une lutte dans une maison de soins dans le Yorkshire. Une organisation révolutionnaire doit se connecter aux luttes les plus avancées et les encourager à combler le fossé avec le reste de la classe. Afin de prendre le contrôle des moyens de production, divers segments centraux de la classe doivent se réunir à un niveau international. Les travailleurs intellectuels et technologiques, les travailleurs industriels et agricoles essentiels et la masse plus large des pauvres en colère, marginalisés et insurgés. Nous voulons aider les luttes avancées au sein de ces segments à briser les barrières. Pour cela, il faut être organisé aussi bien parmi les travailleurs du pétrole en grève que parmi les jeunes chômeurs qui bloquent la raffinerie. Nous pensons que les travailleurs qui sont désireux d’apprendre de leur histoire de classe et qui veulent aider activement les luttes à communiquer ont un rôle à jouer et nous voulons nous organiser avec eux.

En quoi votre travail diffère-t-il de celui du mouvement syndical typique ou de groupes syndicalistes comme IWW ou SolFed ?

Nous ne nous considérons pas comme un syndicat, mais comme un groupe politique de travailleurs. Nous pensons que la première étape pour les travailleurs est d’analyser leur situation, puis de choisir leurs armes avec sagesse. Cela inclut l’analyse du rapport de force avec l’entreprise, la situation juridique, la hiérarchie au sein du syndicat. Dans 80 % des cas, il est préférable pour les travailleurs de trouver des moyens de lutte directs mais informels ; dans certains cas, il est préférable de s’engager dans un conflit formel, et donc légal. Dans ces cas, vous voulez un véhicule juridique qui soit entre vos mains et non entre les mains d’un appareil syndical retiré. En fonction de votre force, vous pourrez peut-être arracher quelques concessions aux syndicats officiels et réussir à contrôler votre propre lutte dans les limites de la loi – qui est un cadre très restrictif. Si ce n’est pas le cas, les travailleurs peuvent utiliser un véhicule syndical qui dispose peut-être de moins de ressources, mais aussi d’une hiérarchie moins contrôlante.

Nous voyons l’IWW en ces termes pragmatiques : un véhicule limité permettant aux travailleurs de mener leur lutte dans des circonstances spécifiques. Cela nous distingue de l’opinion commune au sein de l’IWW, selon laquelle l’IWW est la principale organisation permettant aux travailleurs de mener leur lutte. Cela peut également constituer une différence pour la plupart des camarades anarcho-syndicalistes. Ils pensent que les travailleurs devraient se joindre à l’organisation et lutter par son intermédiaire, alors que nous pensons que nous, en tant qu’organisation politique, devrions nous organiser dans le cadre du point avancé de la lutte. Les syndicalistes risquent d’encourager le « fétichisme de l’organisation » parmi les travailleurs – où elle devient l’organisation, représentée par des symboles, des drapeaux et des insignes, qui a le pouvoir, et non les travailleurs et leurs actions collectives. Nous savons qu’à court terme, et en particulier lorsque les luttes sont peu nombreuses, les travailleurs veulent « rejoindre une organisation » pour se sentir plus forts. Le problème ici est que pour faire adhérer les gens, l’organisation devra se présenter comme victorieuse à tout prix, en évitant les reflets critiques des défaites. Et soyons honnêtes, la plupart des luttes se terminent par des défaites partielles. Se présenter comme victorieux à une époque où les victoires sont difficiles à obtenir se traduit souvent par des demi-défaites avec les patrons, qui peuvent encore être présentées comme des gains pour les membres travailleurs.

Il y a une limite au pouvoir des syndicats. Au Royaume-Uni, dans les années 1970, le pouvoir syndical était extrêmement développé. Dans de nombreuses usines, les syndicats décidaient qui était embauché et fixaient le rythme de travail. La question se pose ici : qui détient le pouvoir général ? Acceptons-nous toujours la règle de l’État, du marché ? Le pouvoir syndical s’est ancré et a été battu politiquement au milieu des années 1980. À cet égard, nous partageons beaucoup avec nos camarades anarcho-syndicalistes – la haine de l’État et de l’autorité, la nécessité d’une action directe et de la solidarité. Mais nous ne pensons pas que l’anarchisme » en tant qu’utopie ou idéologie soit utile pour comprendre réellement le potentiel de révolution. Ici, nous sommes plus marxistes et nous examinons les contradictions réelles du capitalisme et le potentiel des luttes ouvrières étant donné que le processus de production a aujourd’hui une nature sociale et mondiale.

Dans vos publications, vous mentionnez souvent les « réseaux de solidarité », comment fonctionnent-ils et comment sont-ils organisés ?

Le réseau de solidarité est lié au fait que de nombreux travailleurs sont marginalisés et ont des problèmes non seulement au travail, mais aussi avec les propriétaires, l’agence pour l’emploi, les autorités de migration. Nous offrons un soutien direct aux travailleurs individuels par le biais d’actions collectives. En soi, cela ne créera guère une dynamique collective plus importante. En général, vous êtes condamnés à vous battre au cas par cas, après quoi les gens retournent à leurs préoccupations quotidiennes. Nous insistons donc sur le fait que les travailleurs devraient penser à s’organiser dans leur emploi actuel et ne pas se contenter de réclamer de l’argent à leur ancien patron. Nous espérons également que le réseau de solidarité pourra se développer jusqu’à un certain point où il pourra soutenir activement les actions collectives des minorités sur un lieu de travail. C’est ce qui s’est passé dans le secteur de la logistique en Italie, où les grèves ont souvent dû être renforcées au départ par des supporters bloquant les entrepôts. Cela peut ne pas être nécessaire dans des secteurs structurellement plus forts, comme l’industrie manufacturière, mais dans le cas des entrepôts ou de l’agriculture, un tel soutien externe est souvent crucial.

Le réseau de solidarité est également important pour creuser un fossé entre les sections les plus marginalisées de la classe ouvrière et la classe moyenne dont elles dépendent. Les migrants récents dépendent des membres de la classe moyenne de leur « communauté » pour trouver un emploi ou un appartement. Les chômeurs dépendent de l’église, de la mosquée ou du temple pour survivre. C’est la base de toutes les tendances réactionnaires, car la classe moyenne tend à utiliser les éléments marginalisés pour attaquer les sections organisées de la classe ouvrière. C’est le fascisme. C’est les Frères musulmans. C’est la mafia. Concrètement, nous avons organisé trois permanences hebdomadaires différentes, annoncées par des affiches collées dans le quartier. Le réseau de solidarité peut vous aider à comprendre la classe ouvrière locale et à créer des contacts. En aidant les chauffeurs de camions pendjabis d’une petite entreprise de transport, nous avons fait connaissance avec les chauffeurs de la multinationale de restauration aérienne Alpha LSG.

Comment interagissez-vous avec votre/vos communauté(s), et quels problèmes spécifiques rencontrent-ils ?

Pour les raisons que nous avons mentionnées plus haut, nous n’avons pas tendance à parler de « communautés » en tant que telles. La « communauté indienne » de notre région est caractérisée par des lignes de classe très nettes et très exploitantes. De nombreux petits patrons locaux, des cadres moyens, des politiciens, des propriétaires et des chefs religieux sont « indiens » et exploitent et manipulent les travailleurs récemment arrivés d’Inde. Il en va de même pour la « communauté noire » ou la « communauté musulmane ». Nous entrons en relation avec d’autres membres de la classe ouvrière – d’où qu’ils viennent – par le biais de contacts au travail. Nous obtenons des emplois dans les grands établissements locaux et c’est là que nous rencontrons des gens. Compte tenu de la forte rotation des travailleurs, cela signifie également qu’après un an dans un lieu de travail de 1 000 personnes, vous aurez des contacts dans certains des nouveaux lieux de travail où vos anciens collègues se déplacent. Travailler dans un centre de distribution Tesco m’a permis d’établir des contacts avec des chauffeurs de camion à Heathrow.

Nous distribuons également notre journal, qui peut aussi vous faire parler. Les principaux problèmes sont assez bien connus. Contrats de travail à durée indéterminée, travail en équipe et longues heures de travail, salaire minimum. Les trucs habituels. Le régime politique général oblige les travailleurs à se soumettre à leurs dirigeants. De nombreux travailleurs migrants non européens doivent gagner un certain montant pour pouvoir faire venir leur famille. Cela signifie qu’ils doivent faire des heures supplémentaires. Cela signifie qu’ils doivent faire de la lèche aux cadres intermédiaires afin d’obtenir ces heures supplémentaires. Ensuite, il y a les problèmes habituels d’organisation de la garde des enfants si les deux parents travaillent en équipe. Ils s’en remettent souvent à la famille et aux amis. Nous pourrions pleurer sur tout cela, mais nous ne le faisons pas. La gauche pleure sur les logements surpeuplés. Nous disons « super, transformez-les en arrangements plus collectifs du travail domestique ». La gauche pleure sur le travail intérimaire. Nous disons « super, nous n’avons même pas de nom d’entreprise auquel être attaché et loyal ». La gauche se plaint du manque de densité syndicale. Nous disons « hourra, au moins ils n’étoufferont pas les actions des travailleurs lorsqu’elles émergeront ». C’est un peu la ligne de l’ultra-gauche, mais nous sommes ennuyés par le bruit de fond pleurnichard des classes moyennes favorables aux travailleurs.

Quels sont les plus grands problèmes auxquels vous avez été confrontés en tant que groupe, et qu’avez-vous fait/fait pour les dépasser ?

Le plus grand problème dans le groupe d’usines de transformation alimentaire où travaillaient les camarades était que les travailleurs ne venaient pas aux réunions indépendantes après le travail. Nous parlons ici de quatre usines, situées à proximité les unes des autres, avec 4 000 travailleurs. Au travail même, il est également difficile de parler et vous ne pouvez pas passer d’un service à l’autre. Nous avons lancé un bulletin d’information sur les usines, mais cela n’a créé qu’un petit nombre de contacts supplémentaires. L’un d’entre nous a décidé de devenir délégué syndical, malgré le fait que la direction et les représentants syndicaux travaillaient en étroite collaboration. Les travailleuses travaillent sur les chaînes de montage depuis deux décennies et paient leurs cotisations syndicales, mais elles sont encore payées quelques pence de plus que le salaire minimum. Nous avons poussé une ligne indépendante, en dénonçant tout d’abord les élections truquées des représentants syndicaux. Nous avons eu tous les représentants contre nous. Nous avons ensuite promu une augmentation de 1 £ pour toute revendication salariale. Les travailleurs l’ont accepté. Jusqu’à présent, la direction avait pu payer différentes augmentations pour différents niveaux de compétences, mais nous avons dit que tout le monde avait besoin d’une augmentation d’une livre. Les représentants syndicaux ont essayé de décourager les travailleurs de voter pour la demande, mais les travailleurs ont voté trois fois pour. Nous avons organisé des réunions pour les travailleuses, des nettoyeurs, des matchs de cricket, des réunions dans les parcs familiaux et des assemblées aux portes dans le cadre du conflit salarial, mais la combinaison du manque de confiance des travailleurs et des représentants syndicaux qui ont saboté la campagne officielle de rémunération du syndicat a fait que le bulletin de grève s’est bloqué. Nous avons continué à distribuer notre bulletin indépendant, proposant la ligne suivante : « Camarades travailleurs, poussez le syndicat à convoquer des assemblées et dites-lui ce que vous voulez. Si le syndicat ne fait pas ce que vous voulez, faites-le vous-même ». Mais malgré tous les efforts, il a été difficile de convaincre 4 000 travailleurs, qui avaient été divisés, dont l’anglais était merdique, qui étaient constamment malmenés, que les travailleurs unis ne seront jamais vaincus. L’autre grand problème est donc de garder le moral. Cela peut devenir frustrant. Nous nous amusons avec nos camarades internationaux en France et en Espagne, nous leur rendons visite pour bavarder, manger des tapas et boire du vin, ou nous traînons dans les bars de Berlin avec nos amis polonais qui travaillent sur Amazon. Nous lisons sur l’histoire de la classe ouvrière, les luttes internationales actuelles et les cycles longs du capitalisme, afin de voir au-delà des défaites quotidiennes. En général, c’est une bonne vie.

Quelle a été, selon vous, votre plus grande victoire récente en tant qu’organisation ?

Nous n’obtenons pas de victoires ! (Je plaisante !) Il serait ennuyeux d’énumérer les diverses victoires monétaires à quatre chiffres du réseau de solidarité ou les petits gains obtenus grâce aux actions informelles pour l’emploi. Notre plus grande victoire est que nous sommes entrés dans cette région en tant que deux communistes isolés et qu’après quelques années, nous avions des contacts dans trois douzaines de lieux de travail locaux plus importants, un cercle d’amitié de 30 à 40 personnes de la classe ouvrière autour du réseau de solidarité et 2 000 travailleurs sur nos lieux de travail qui nous connaissaient en tant que militants ouvriers qui pouvaient dire des choses amusantes sur la révolution, mais qui étaient honnêtes et n’avaient pas peur du patron. Nous avons également établi des dizaines de contacts internationaux avec des camarades de la classe ouvrière à l’étranger. Les luttes quotidiennes sont importantes, et nous en avons eu quelques-unes, mais il est tout aussi important de se préparer. Les luttes ne se développent pas progressivement, elles émergent par bonds, souvent sans être le résultat d' »efforts d’organisation ». Nous voulons être un exemple pour d’autres révolutionnaires qui veulent s’enraciner dans la classe ouvrière locale, tout en développant un horizon communiste internationaliste plus large. Nous pensons avoir réussi à encourager quelques autres à le faire.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent créer une organisation comme la vôtre ?

Lisez Marx ou d’autres choses pour comprendre comment fonctionne le système dans son ensemble. Faites-le ensemble. Soutenez-vous les uns les autres dans votre vie quotidienne. Choisissez un domaine qui vous semble intéressant d’un point de vue politique, peut-être parce qu’il y a des lieux de travail plus importants ou de nouveaux travailleurs ou parce qu’il y a déjà eu des luttes. Vous pouvez facilement mettre en place un réseau de solidarité et voir ce qui en ressort. Il est cependant plus intéressant et plus fructueux de trouver soi-même un emploi dans un grand établissement. Il existe de nombreux ouvrages sur le sujet, au cas où vous seriez novice dans ce type d’environnement. Les camarades ont fait ce pas avant vous. Plus important que Marx : apprenez des autres travailleurs autour de vous. Même si vous avez lu quatre livres, soyez humble. Lancez une publication locale pour les travailleurs, avec des rapports sur les conditions et les luttes au travail, sur ce que font les autres travailleurs ailleurs dans le monde, sur la façon dont notre lutte quotidienne est liée à notre espoir d’une société meilleure. Ne vous embourbez pas dans votre localité. Allez vers d’autres camarades, réfléchissez à ce que vous faites dans le grand miroir de l’espace et du temps.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose que nous n’avons pas encore abordé ?

Il y a beaucoup d’autres choses, mais vous pouvez les lire dans notre livre « Class Power on Zero-Hours ». Honnêtement, si vous pensez dans le même sens, n’hésitez pas à nous contacter. Nous avons des réunions régulières avec des camarades dans différentes villes et nous pouvons vous aider à mettre en place un groupe local en partageant nos expériences.

Le texte original : https://angryworkersworld.wordpress.com/2021/01/09/born-in-the-wild-west-of-west-london-an-interview-with-angryworkers/

Boulogne-sur-mer, le 21/01/2021

Posted in Société de classes | Leave a comment

Quel est ton métier ? Une enquête ouvrière ! Prenez la parole …

Quel est ton métier ? Une enquête ouvrière ! 

Prenez la parole …

 



Le collectif La Classe entame une enquête ouvrière dans la région de Boulogne-sur-mer, là où ses membres vivent, travaillent et luttent. 

Toutefois, l’exploitation ne connaissant aucune frontière, d’aucune sorte, nous vous proposons de faire connaître cette initiative au delà de toute limite géographique et d’y participer le cas échéant.

Le collectif La Classe regroupe des personnes qui, comme vous, sont des travailleurs, des chômeurs, des précaires. 

Son but : témoigner de nos conditions d’exploitation et de subordination au travail, prendre la parole, s’organiser et lutter collectivement. 

Ses outils : l’enquête ouvrière et le partage de nos expériences. 

Le questionnaire en ligne ainsi que plusieurs témoignages, des récits de luttes et des textes de réflexion, sont d’ores et déjà consultables sur le site 

La Classe : https://laclasse.noblogs.org

Vous trouverez également en pièce-jointe le questionnaire dans sa version imprimable.

N’hésitez pas à nous contacter et à nous faire part de vos réflexions à l’adresse suivante : laclasse@riseup.net

A bientôt dans les luttes !

Boulogne-sur-mer, le 20/10/2020

Posted in Société de classes | Leave a comment

La très républicaine loi sur la sécurité globale

This gallery contains 2 photos.

La très républicaine loi sur la sécurité globale Tandis que dans les rues de Paris, un cortège de plusieurs milliers de manifestants s’ébranlait péniblement(1), sur une place de Calais, un rassemblement statique d’une centaine de personnes s’en tint aux prises … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Une affiche à télécharger et  coller où bon vous semble ! « La classe ouvrière ne paiera pas cette crise ! »

Une affiche à télécharger et 

coller où bon vous semble !

« La classe ouvrière ne paiera pas cette crise ! »

 

 

L’Etat et le patronat entendent nous faire payer la dernière déflagration dont accouche actuellement le monstre capitaliste.

Nous ne le répéterons jamais assez : ces crises ne sont pas les nôtres, ni celle-ci, ni les précédentes car nous ne partageons aucun intérêt commun avec les détenteurs de capital, qu’ils siègent à la tête d’une PME locale ou au sommet de la Banque Mondiale.

Nous ne céderons ni au chantage à « l’unité nationale », ni à « l’effort économique » réclamé, et encore moins aux sirènes du « patriotisme productif » dont on ne sait que trop ce qu’il recouvre comme saloperies !

Si, en ces temps incertains l’inattendu semble devenir la règle, sachons nous aussi surprendre l’adversaire et déjouer les pièges qu’il nous tend.

Sachons nous organiser. Prenons l’initiative !

Boulogne-sur-mer, le 03/11/20

Posted in Société de classes | Leave a comment

Une rentrée comme les autres … en pire !

This gallery contains 2 photos.

Une rentrée comme les autres … en pire ! Nous diffusons ce texte initialement rédigé pour le numéro du mois d’octobre de la revue Courant Alternatif *. Il garde toute sa pertinence puisque la situation, hélas, est demeurée inchangée dans … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Sucrés ces députés !

This gallery contains 1 photo.

Sucrés ces députés !   D’un côté, l’activité apicole avec ses 75 000* producteurs dont 70 000 exerçant en qualité d’amateurs ; de l’autre, l’un des fleurons de l’agribusiness et du lobby du sucre, le patronat de la betterave. Au … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Délivrez les livreurs !

This gallery contains 1 photo.

Délivrez les livreurs !  Le témoignage qui suit nous est cette fois rapporté par un consommateur, lequel a assisté effaré aux conditions de travail du salarié qui lui a fait une livraison ( payante à la société ) à domicile.  … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

La pêche soumise au régime de l’accumulation capitaliste

This gallery contains 1 photo.

La pêche soumise au régime de l’accumulation capitaliste Un camarade a recueilli les réactions et le point de vue d’un membre de l’association «Pleine mer» à la veille du lancement à Concarneau d’un chalutier géant, le Scombrus. Ils évoquent ensemble … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Grève de la faim pour le doyen des GJ de Boulogne !

This gallery contains 2 photos.

Grève de la faim pour le doyen des GJ de Boulogne !   Depuis lundi matin, Daniel, 67 ans, surnommé « papi » dans le milieu des gilets jaunes, squatte la place de parking qui se trouve pile en face … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Tract que nous distribuerons le 17 septembre 

This gallery contains 1 photo.

Tract que nous distribuerons le 17 septembre  La crise sanitaire opère entre les mains de l’Etat comme un catalyseur de sa politique sécuritaire. Il est donc crucial, malgré le contexte, de faire entendre notre voix, de réoccuper la rue et de … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

« Le risque zéro n’existe pas ! »* Quand le COVID dévoile l’école pour ce qu’elle est en réalité

This gallery contains 3 photos.

« Le risque zéro n’existe pas ! »* Quand le COVID dévoile l’école pour ce qu’elle est en réalité   En déchirant le voile idéologique qui recouvre l’institution, le confinement révèle au grand jour la fonction indiscutable de l’école, de l’école capitaliste. … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Une nouvelle affiche à télécharger et coller où bon vous semble ! « La classe ouvrière ne paiera pas cette crise ! »

This gallery contains 1 photo.

Une nouvelle affiche à télécharger et coller où bon vous semble ! « La classe ouvrière ne paiera pas cette crise ! »   affiche à télécharger L’Etat et le patronat entendent nous faire payer la dernière déflagration dont accouche actuellement le … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Débâcle sanitaire … Glissement totalitaire … Et maintenant ?

This gallery contains 1 photo.

Débâcle sanitaire … Glissement totalitaire … Et maintenant ? La Mouette Enragée publie une brochure de 16 pages au format A5, que vous pouvez télécharger brochure mouette ou nous commander gratuitement et en nombre, à nôtre adresse postale, contre une participation … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Contre la réouverture des écoles !

This gallery contains 1 photo.

Contre la réouverture des écoles ! Nous vous proposons d’écouter l’intervention radiophonique de quelques camarade du syndicat Sud-éducation de Boulogne-sur-mer sur les ondes de Fréquence Paris Pluriel dans le cadre de l’émission « L’actualité des Luttes ». Le contenu de leur intervention … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Les travailleurs communaux face à la sortie du confinement

This gallery contains 1 photo.

Les travailleurs communaux face à la sortie du confinement Pour mémoire, le maire de Boulogne-sur-mer avait rappelé tous ses agents au travail à la date du 20 avril 2020. A cette occasion, il leur présenta un « Plan de Continuité d’Activité » … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Le nouveau numéro de Mai de Courant Alternatif, préparé à Lille et Boulogne-sur-mer, est lisible gratuitement !

This gallery contains 1 photo.

Le nouveau numéro de Mai de Courant Alternatif, préparé à Lille et Boulogne-sur-mer, est lisible gratuitement ! Malheureusement, la pandémie actuelle a eu raison de notre constance, par les problèmes d’impression et de diffusion qu’elle entraîne. Nous avons donc décidé … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

LE MIRAGE COVID 19 chez les travailleurs communaux

This gallery contains 1 photo.

LE MIRAGE COVID 19 chez les travailleurs communaux L’Etat d’urgence sanitaire imposé à l’ensemble de la population, sans aucune consultation préalable, a donné des ailes à de nombreux maires. On ne compte plus les arrêtés inutilement sécuritaires et surtout parfaitement … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

De la débandade sanitaire à l’offensive patronale, que faire ?

This gallery contains 4 photos.

De la débandade sanitaire à l’offensive patronale, que faire ? Depuis le sommet de l’Etat, on multiplie les déclarations tonitruantes tout en présentant la situation dans laquelle on nous enferme, au propre comme au figuré, comme une crise d’ordre sanitaire. … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Le nouveau numéro de la Mouette Enragée est sorti !

This gallery contains 2 photos.

Mouette 36 distribution n° 36.  

More Galleries | Leave a comment

Municipales 2020 à Boulogne-sur-mer : leur démocratie …

This gallery contains 1 photo.

Municipales 2020 à Boulogne-sur-mer : leur démocratie …   Sans réelle surprise, la liste du maire socialiste sortant l’emporte dès le premier tour. Les conditions dans lesquelles s’est déroulé ce scrutin et plus encore sa comptabilité attestent qu’une étape supplémentaire … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Municipales 2020 à Boulogne-sur-mer

This gallery contains 5 photos.

Municipales 2020 à Boulogne-sur-mer   Qu’est-ce qu’une ville et quelle fonction occupe-t-elle ? Voilà sans doute la question que chaque aspirant à la gestion des affaires municipales se gardera de poser. Une ville en 2020 est une machine toute entière … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

A Lille, une intersyndicale qui appelle la police à l’aide …

This gallery contains 3 photos.

A Lille, une intersyndicale qui appelle la police à l’aide …   A bien des reprises nous fûmes témoins à Boulogne-sur-mer des rapports qu’entretient toute une partie du petit monde syndical avec la police, ses RG, ses commissaires, etc … … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Jeudi 30 janvier : Tout feu , tout flamme

Jeudi 30 janvier : Tout feu , tout flamme   Saint-Denis de La Réunion, Paris, Bobigny, Toulouse, Rennes, Lille… partout en France l’initiative d’une retraite aux flambeaux(1) s’est généralisée contre la casse des retraites. À Boulogne tant sur la forme … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

24 janvier : « L’important c’est que ça se passe bien » La mobilisation se normalise …

This gallery contains 2 photos.

24 janvier : « L’important c’est que ça se passe bien » La mobilisation se normalise …   Plus dense que la précédente – peut-être plus de 600 personnes – la manifestation de ce vendredi est restée aussi bon enfant que mortellement … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Le tract que nous distribuerons à Boulogne-sur-mer, lors de la journée de grève du vendredi 24 janvier

This gallery contains 1 photo.

Le tract que nous distribuerons à Boulogne-sur-mer, lors de la journée de grève du vendredi 24 janvier    texte 24 janvier  

More Galleries | Leave a comment

Nouvelle émission de radio de nos camarades de Reims sur la lutte contre les retraites

This gallery contains 1 photo.

Nouvelle émission de radio de nos camarades de Reims sur la lutte contre les retraites Une émission réalisée avec des interventions depuis Boulogne-sur-mer et Lille. https://audio.radioprimitive.fr/egregore/20200120-Retraites-et-luttes-6.mp3

More Galleries | Leave a comment

Le 16 janvier, bon échauffement avant … la promenade !

This gallery contains 6 photos.

Le 16 janvier, bon échauffement avant … la promenade ! Retour sur la journée du 16 janvier, ses points forts et ses faiblesses après un mois et demi de mobilisation. Peu après 6 heures du matin, une centaine de travailleurs de … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Samedi 11 janvier : ça dure et c’est dur.

This gallery contains 2 photos.

Samedi 11 janvier : ça dure et c’est dur. Temps sec et frais et un petit vent qui décolle par à-coups la banderole appelant à élargir la grève suspendue sur le rempart face à la sous-préfecture ; point de rassemblement de … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Bilan en demi-teinte de la journée du 9 janvier. Et maintenant ?

This gallery contains 2 photos.

Bilan en demi-teinte de la journée du 9 janvier. Et maintenant ? Avec des cheminots désespérément seuls pour reconduire la grève et des journées de mobilisation éloignées, il apparait difficile dans ces conditions d’obtenir une victoire. Pourtant, des initiatives collectives … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Tract distribué lors de la manifestation du jeudi 9 janvier à Boulogne-sur-mer

This gallery contains 1 photo.

Tract distribué lors de la manifestation du jeudi 9 janvier à Boulogne-sur-mer texte 9 janvier.

More Galleries | Leave a comment

« Et … une tête de Pont de La REM ! Une ! »

This gallery contains 1 photo.

« Et … une tête de Pont de La REM ! Une ! » Dans le centre ville de Boulogne-sur-mer, les vitrines du petit commerce électoral sont rares. Pourtant, l’une d’elle attire irrésistiblement l’attention et la frénésie des travailleurs en lutte. A … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Offensive de l’Etat et du capital contre les retraites : multiplions les actions directes !

This gallery contains 2 photos.

Offensive de l’Etat et du capital contre les retraites : multiplions les actions directes ! Jeudi matin, quelques travailleur-ses en lutte ont déployé une banderole au dessus de l’autoroute A 16 en direction de Calais. Faut-il y voir une concession … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Meilleurs voeux 2020 !

This gallery contains 1 photo.

Meilleurs voeux 2020 !   La Bourgeoisie veut nous confisquer tout espoir de vieillir Heureux et Libres ? Meilleurs vœux de Victoire en 2020

More Galleries | Leave a comment

28 Décembre à Boulogne sur Mer : pas de trêve

This gallery contains 1 photo.

28 Décembre à Boulogne sur Mer : pas de trêve Beau, frais, sec, un temps idéal pour battre le pavé en ce samedi d’entre fêtes de fin d’année. Le rendez-vous était fixé à la CCI, point de départ des manifs attendues … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Nouvelle émission de radio à propos des luttes contre la réforme des retraites

This gallery contains 1 photo.

Nouvelle émission de radio à propos des luttes contre la réforme des retraites   Les camarades de Reims qui animent l’émission l’Egrégore sur Radio Primitive poursuivent leur « tour de France » des luttes contre la nouvelle attaque des retraites par Macron … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Manifestation le 28 décembre contre la casse des retraites

This gallery contains 1 photo.

 Manifestation le 28 décembre contre la casse des retraites   voici le tract que nous y distribuerons :    texte-retraite.2

More Galleries | Leave a comment

Mardi 17 décembre : grèves, manifestation et actions directes

This gallery contains 3 photos.

Mardi 17 décembre : grèves, manifestation et actions directes A Boulogne-sur-mer, la zone industrielle de Capécure demeure au coeur du rapport de force qui oppose le travail au capital. A la veille des fêtes de fin d’année, plusieurs millions d’euros … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Un 10 décembre à Boulogne sur Mer par gros temps

This gallery contains 1 photo.

Un 10 décembre à Boulogne sur Mer par gros temps Cette deuxième manifestation liée au calendrier national a montré une détermination qu’on ne se connaissait plus sur le littoral depuis quelques temps. Si le cortège était moins dense, la volonté … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Retraites et pas que … Premier tour d’horizon radiophonique de la mobilisation

This gallery contains 1 photo.

Retraites et pas que … Premier tour d’horizon radiophonique de la mobilisation Nos camarades de Reims qui animent l’émission Egrégore sur Radio Primitive ont organisé un premier tour d’horizon radiophonique autour de la lutte contre la casse des retraites. Cinq … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Mobilisation et actions dans le boulonnais

This gallery contains 2 photos.

Mobilisation et actions dans le boulonnais Comme partout ailleurs, la journée du 5 décembre fut un succès à Boulogne-sur-mer. Dans la nuit du 4 au 5 décembre, des ouvriers de la marée ont tenté sans succès d’investir la zone industrielle … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Préparons la grève du 5 décembre !

This gallery contains 1 photo.

Préparons la grève du 5 décembre ! Voici avec un peu d’avance, le tract que nous distibuerons lors de la grève du 5 décembre à Boulogne-sur-mer. tract 5 décembre

More Galleries | Leave a comment

A propos de la grève à la SNCF

This gallery contains 1 photo.

A propos de la grève à la SNCF Bras dessus, bras dessous, Guillaume Pépy, Macron et sa clique gouvernementale dénoncent le « détournement de la loi sur la grève » par les cheminots.  On le sait, l’avalanche de mesures qui depuis un … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Tract pour la grève le 24 septembre 2019

This gallery contains 2 photos.

Tract pour la grève le 24 septembre 2019 Voici le tract que nous distribuerons à Boulogne-sur-mer lors de la manifestation du 24 septembre 2019.

More Galleries | Leave a comment

Repenser une critique radicale de l’école capitaliste

This gallery contains 1 photo.

Repenser une critique radicale de l’école capitaliste Allons-nous abandonner la critique de l’école aux seuls courants réactionnaires ? Qui aujourd’hui porte encore une charge radicale contre l’école, contre l’école capitaliste ? Bien peu monde en réalité puisque l’essentiel de l’effort … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Une brochure sur le mouvement des Gilets Jaunes à Boulogne-sur-mer

This gallery contains 1 photo.

Une brochure sur le mouvement des Gilets Jaunes à Boulogne-sur-mer   Chronique locale d’une révolte sociale  Novembre 2018 – Mai 2019    La Mouette Enragée vient de publier une brochure de 36 pages sur la mobilisation des Gilets Jaunes à … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Le Festival de Street Art de Boulogne-sur-mer possède désormais son Off !

This gallery contains 2 photos.

Le Festival de Street Art de Boulogne-sur-mer  possède désormais son Off ! Tout festival digne de ce nom se doit d’avoir son Off.  Peut-être l’ignoriez-vous, mais l’officiel du Street Art de Boulogne-sur-mer possède désormais le sien (1). Il est éphémère … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

La revue Courant Alternatif a besoin de votre soutien !

This gallery contains 1 photo.

La revue Courant Alternatif  a besoin de votre soutien !   Le mensuel Courant Alternatif est publié depuis presque 40 ans. Il se distingue de nombre de revues militantes, entre autre, par son mode de fonctionnement rotatif et décentralisé. Chaque … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Parution du nouveau numéro de la revue Courant Alternatif réalisé par les camarades de Lille et Boulogne-sur-mer

This gallery contains 2 photos.

Parution du nouveau numéro de la revue  Courant Alternatif réalisé par les camarades de Lille et Boulogne-sur-mer   Ce numéro du mensuel Anarchiste-Communiste a été préparé conjointement par les camarades de de L’OCL de Lille et ceux de la Mouette … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Témoignage d’une travailleuse intérimaire des sardineries de Douarnenez

This gallery contains 1 photo.

Témoignage d’une travailleuse intérimaire des sardineries de Douarnenez Un camarade a récemment réalisé une interview d’une travailleuse intérimaire des sardineries de Douarnenez. Comme vous l’entendrez, le témoignage de cette femme n’est pas sans rappeler les conditions de travail actuelles des … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Boulonnais, Boulonnaises, vous êtes filmés ! Ou Comment joindre l’inutile au désagréable…

This gallery contains 4 photos.

Boulonnais, Boulonnaises, vous êtes filmés ! Ou Comment joindre l’inutile au désagréable… « Suite aux événements ( l’incendie partiel d’une terrasse de restaurant (ndlr) ) qui se sont déroulés en Ville fortifiée dans la nuit du 29 au 30 août  2018, le maire … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Prochainement, un nouveau centre de coopération entre polices anglaise et française sur le littoral

This gallery contains 3 photos.

Prochainement, un nouveau centre de coopération entre polices anglaise et française sur le littoral S’il est un terrain sur lequel les affres du Brexit ne semblent avoir de prise, c’est bien celui des relations entre services de police. Depuis peu, … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Une page se tourne …

This gallery contains 1 photo.

Nous publions ci-dessous le tract que nous distribuerons à la manifestation du 9 octobre 2018 à Boulogne-sur-mer, en lien avec l’appel lancé par plusieurs syndicats à une grève interprofessionnelle de 24 heures.    Une page se tourne … Les défaites accumulées … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Contribution à la discussion au sujet de l’enquête ouvrière

This gallery contains 1 photo.

Contribution à la discussion au sujet de l’enquête ouvrière  Nous publions ce texte que vient de nous faire parvenir Henri Simon qui anime avec d’autres camarades la revue Echanges et Mouvement (1). Nous ferons de même avec  d’éventuelles contributions qui … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

«  Le Street Art, ce n’est pas de la simple décoration  »

This gallery contains 2 photos.

«Le Street Art, ce n’est pas de la simple décoration» En effet, comme l’a rappelé le chargé à la culture de la municipalité de Boulogne-sur-mer “le Street Art ce n’est pas de la simple décoration”(1). La récupération par les pouvoirs … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Le maire impose la fin des 35 heures aux travailleurs de la commune de Boulogne-sur-mer

This gallery contains 8 photos.

Le maire impose la fin des 35 heures aux travailleurs de la commune de Boulogne-sur-mer Le lundi 25 juin 2018, une journée de grève et un rassemblement devant la mairie ont troublé la quiétude proverbiale de la vie municipale boulonnaise. … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Le numéro 35 du journal local La Mouette Enragée vient de paraître

This gallery contains 3 photos.

Le numéro 35 du journal local La Mouette Enragée vient de paraître  Il est actuellement distribué dans les principaux kiosques de Boulogne-sur-mer et de ses environs. Ce numéro consacré à l’Enquête Ouvrière et à sa pratique est le premier d’une série … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Une nouvelle affiche réalisée par la Mouette Enragée, à télécharger et à coller où bon vous semble.

This gallery contains 1 photo.

Une nouvelle affiche réalisée par la Mouette Enragée,  à télécharger et à coller où bon vous semble.    Nous pouvons faire parvenir à celles et ceux qui le désirent quelques exemplaires de l’affiche au format A3 Couleur en contre partie … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Le point de vue du Collectif Jeunes en Lutte à propos des récents travaux d’agrandissement de Nausicaà

This gallery contains 2 photos.

Le point de vue du Collectif Jeunes en Lutte à propos  des récents travaux d’agrandissement de Nausicaà Nous reproduisons ce texte rédigé par le collectif Jeune en Lutte* car nous le jugeons pertinent à double titre. D’abord, car il est … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Manifestation du 22 Mai 2018 à Boulogne-sur-mer : Tous ensemble, moi d’abord !

This gallery contains 1 photo.

Manifestation du 22 Mai 2018 à Boulogne-sur-mer :  Tous ensemble, moi d’abord ! Ce 22 mai, la manif des salarié-e-s de la fonction publique – appelons-la comme ça – a été inédite à Boulogne sur Mer. Habituellement programmée comme une visite … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Tract recto-verso distribué à Boulogne-sur-mer lors de la manifestation du 22 mai 2018.

This gallery contains 2 photos.

Tract recto-verso distribué à Boulogne-sur-mer lors de la manifestation du 22 mai 2018.  

More Galleries | Leave a comment

« LʼEtat fait la sourde oreille, quʼà cela ne tienne, nous ferons les fortes têtes »

« LʼEtat fait la sourde oreille, quʼà cela ne tienne, nous ferons les fortes têtes » Force est de constater que les pouvoirs publics font peu de cas de la détresse voire de la colère des salariés des établissements pour personnes âgées … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Grève dans les Ehpad, il était temps !

This gallery contains 2 photos.

Grève dans les Ehpad, il était temps ! Un retour sur la grève dans les Ehpad à travers le récit d’une expérience collective vécue à Boulogne-sur-mer. Le 30 janvier dernier, un appel national invitait le personnel des Ehpad (1) à … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Syndicat PRP : Pour la Protection et le Respect des Prisonnier(e)s

This gallery contains 1 photo.

Syndicat PRP : Pour la Protection et le Respect des Prisonnier(e)s « Ça ne valait pas la peine mais ça valait le coup ! » A l’heure où l’on parle de grève des matons, de mutinerie, de création de prisons de haute sécurité … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

De la ZAD aux prétoires : les frappes ciblées de l’État

This gallery contains 1 photo.

  De la ZAD aux prétoires : les frappes ciblées de l’État Après avoir laminé les droite et gauche « de gouvernement » – ce qui ne saurait nous émouvoir – les obligés de Macron, ministres et autres sous-fifres, ont en charge la … Continue reading

More Galleries | Leave a comment

Le Groupe/Journal “La Mouette Enragée” reprend ses activités.

This gallery contains 1 photo.

Le Groupe/Journal “La Mouette Enragée” reprend ses activités.     Dans les temps à venir, nous consacrerons l’essentiel de notre activité à la réflexion et à la production de textes sur le thème de “l’enquête ouvrière”. Un travail au long … Continue reading

More Galleries | Leave a comment