A lire et à écouter en ce moment

 

 

Pour que Courant alternatif continue, abonnez-vous !

Nous faisons souvent appel à de nouveaux abonnements et aux réabonnements. C’est, en quelque sorte, une routine pour permettre à Courant alternatif de paraître comme il le fait mensuellement, sans discontinuer, depuis quarante ans. Il nous semble que CA s’est amélioré ces dernières années, tant par le nombre des sujets traités et la qualité des articles que par le traitement de l’international. Aujourd’hui, l’appel que nous lançons est encore plus vital, dans la mesure où la diffusion militante et en librairie va presque être réduite à néant par le second confinement, qui risque de durer.

Nous allons bien sûr avoir un manque de rentrées financières, mais aussi une difficulté à toucher des gens nouveaux ou à retoucher certaines personnes qui achètent d’ordinaire épisodiquement CA. Nous pourrions concevoir un journal/revue uniquement en ligne ; seulement voilà, éditer une revue papier et s’autonomiser par rapport à internet et au virtuel fait partie de notre combat et de notre projet.

Une seule solution pour soutenir Courant alternatif : s’abonner et, qui plus est, trouver de nouveaux lecteurs et lectrices – alors, n’hésitez pas à nous demander un ou deux numéros en plus pour faire connaître le journal autour de vous.

10 numéros + hors-séries : 30 euros

Tarif réduit (pour les fauchés)  : 18 euros  

Chèque à l’ordre de « La Galère », à adresser à :

OCL Egregore, BP 81213, 51058 Reims cedex

 

 

Avec la polémique sur les culottes des filles, Blanquer retrouve ses fondamentaux.

A la suite de réflexions injurieuses de la part de personnels de l’établissement quant à leur tenue vestimentaire, des élèves se sont rassemblés sur le parvis du lycée Édouard Branly à Boulogne sur Mer.

En écho, basé sur l’ahurissant propos de Blanquer, évoquant le port d’une « tenue républicaine »* au lycée, le site Question de classe offre un panégyrique du regard porté par les institutions sur « les filles à l’école ». L’article y dévoile la misogynie ordinaire, sur fond d’hypersexualisation fantasmée de la jeunesse et au-delà le retour prôné de ministre en ministre, d’une morale disciplinaire, moule de sa docilité future.

La Mouette propose le casque à queue de cheval pour les garçons et la nuisette vaporeuse du buste de Bardot/Marianne pour les filles. Plus républicain y-a pas !

https://www.questionsdeclasses.org/?Avec-la-polemique-sur-les-culottes-des-filles-Blanquer-retrouve-ses

 

Publication du livre de Serge D’ignazio « On est là ! » : le récit de la lutte des gilets jaunes en photos. Ed. Adespote. 

Serge D’Ignazio a eu plusieurs vies. La première, ouvrier ajusteur dans une entreprise d’aéronautique de 18 à 40 ans. Après un licenciement « économique » et une reconversion, il deviendra, pendant 20 autres années, agent du patrimoine dans une bibliothèque municipale. Sa troisième vie, il la consacre à la photographie. Serge D’Ignazio a photographié tous les cortèges parisiens des gilets jaunes depuis le premier rassemblement, le 17 novembre 2018. Son travail, par sa qualité photographique et son humanisme, est un document sans équivalent.

Les reportages de serge D’ignazio sont à retrouver sur son site : 

https://www.flickr.com/photos/119524765@N06/albums