Manifestations du 1° Mai à Boulogne-sur-mer et Calais

Manifestations du 1° Mai à Boulogne-sur-mer et Calais

 

A Boulogne-sur-mer, trois cents personnes ont défilé au matin dans les principales rues de la ville dans une ambiance plutôt tranquille… Campagne électorale oblige, une délégation de notables du parti socialiste a osé rejoindre le cortège, s’imaginant sans doute avoir affaire à un troupeau d’électeurs amnésiques. De son côté, un petit groupe d’anciens gilets jaunes ralliés à l’une de ses innombrables figures médiatiques, le très réactionnaire Christophe Chalençon, s’affairait encombré d’une piètre banderole tricolore au milieu des groupes de manifestants incrédules. 

Ce défilé routinier composé essentiellement de militants politiques et syndicaux à la moyenne d’âge affirmée atteste le peu de perspective qu’offrent les structures traditionnelles aussi bien à la jeunesse qu’aux travailleurs dans leur grande majorité, 

Pour autant, cette matinée fut l’occasion de saluer des têtes amies, des camarades, de discuter et de prendre réellement des nouvelles des uns et des autres …

Depuis quelques années, le nombre de policiers qui encadre les cortèges boulonnais ne cesse d’augmenter. Il est loin le temps où deux flics à mobylette se contentaient  de  suivre la manifestation de loin en loin …

Calais l’après midi

Peut-être moins nombreux avec ses deux cents manifestants, le cortège calaisien n’en était pas moins dynamique. Emmené par les intermittents qui occupent actuellement l’un des «lieux de culture» de la ville, une déambulation festive et retentissante a relié la place de la bourse du travail au front de mer. Tout au long du parcours, des scénettes remémorant l’histoire du mouvement ouvrier depuis les martyrs de Chicago jusqu’à la grève générale de mai 68, ont ponctuè la déambulation. 

Espérons que ce réveil difficile et encore trop institutionnel soit un préambule à une remontée vitale de la contestation sociale. A bientôt dans la rue, donc …

Boulogne-sur-mer, le 02/05/2021 

Ce contenu a été publié dans Société de classes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire