Une interview avec le groupe Angry Workers

Une interview avec le groupe Angry Workers

La revue anarchiste anglaise The Commoner a réalisé une interview du groupe londonien Angry Workers of the world. Nous proposons une traduction de cette discussion qui traite pour une large part de la pratique de l’enquête ouvrière. 

– Ce mois-ci, nous avons eu le plaisir de parler à AngryWorkers, dont les propos ci-dessous résument parfaitement leur conception unique de la pratique politique. Ils sont un espace d’enquête, et non de construction de syndicats ; ils créent des réseaux de soutien et de résistance, et ne distribuent pas de drapeaux et de badges. Dans cet entretien, vous apprendrez à mieux les connaître et à connaître leur travail, et vous serez confrontés à une approche de l’organisation qui défie les syndicats des deux catégories de bureaucrates et d’anarcho-syndicalistes. Vous pouvez les trouver en ligne et sur Twitter, et acheter leur livre, Class Power on Zero Hours, chez PM Press.

Comment est né AngryWorkers ?

Il y a différentes influences qui nous ont formés. Avant AngryWorkers, nous étions impliqués dans un groupe communiste libertaire (La Commune) et un collectif féministe (Feminist Fightback). Nous avons vu les limites de la politique traditionnelle de gauche, qui est principalement basée sur la production pamphlétaire et les campagnes. Nous voulions recentrer la politique communiste et internationaliste sur une partie stratégique de la classe ouvrière locale. C’est pourquoi nous nous sommes déplacés vers l’ouest, dans la zone de logistique et de transformation alimentaire de Londres. Ce mouvement a été influencé par nos expériences au sein du collectif « ouvrier » allemand Wildcat, qui a encouragé les enquêtes des travailleurs depuis les années 1970. Les enquêtes ouvrières sont une analyse militante du processus de production par les travailleurs et pour le pouvoir des travailleurs. L’idée principale est que si notre travail quotidien dépend du travail de milliers d’autres travailleurs ici et à l’étranger, par l’intermédiaire de la direction de l’entreprise et du marché, alors nous pouvons transformer cette coopération en une arme, en une coordination internationale de la lutte. Une autre influence est le travail de « Kamunist Kranti » / Faridabad Majdoor Samachar, des camarades en Inde, qui font circuler un journal ouvrier avec des histoires d’actions de travailleurs informels et des « idées communistes » plus larges parmi des milliers de travailleurs industriels depuis les années 1980. Nous avons ensuite été rejoints par des camarades de Pologne, qui avaient des expériences variées en matière d’organisation, tant dans l’organisation syndicale « Workers Initiative » que dans la Fédération anarchiste.

Quel rôle espérez-vous jouer dans le mouvement révolutionnaire ?

Nous pensons que la classe ouvrière – dans sa globalité et son histoire – possède les connaissances et les ressources pour s’émanciper. Le problème est que la classe ouvrière existe au sein d’un processus de production sociale divisé et hiérarchisé, qui est traversé par des frontières nationales, segmenté en bureaux de recherche et développement et en usines d’assemblage, séparé en lieux de travail collectifs et en ménages individuels. Une partie de la classe ouvrière est surchargée de travail et vit le capitalisme comme une productivité toujours croissante qui nous aspire et nous laisse relativement plus pauvres que la génération de nos parents. Une partie de la classe ouvrière est au chômage et vit le capitalisme comme une ceinture de rouille, désertée par la recherche d’une main-d’œuvre moins chère et de profits plus élevés. Tout cela est en mouvement, il n’y a pas de surpopulation permanente ni de classe ouvrière industrielle permanente. Les travailleurs migrent et le capital se déplace. Ce qu’il y a, ce sont des concentrations mobiles de travailleurs dont le pouvoir collectif connaît les hauts et les bas du boom régional et de la crise. Cela signifie que la lutte de la classe ouvrière se déroule dans le cadre de confinements matériels et de cycles régionaux. Les luttes dans une région de mines de platine en plein essor en Afrique du Sud développent un pouvoir et une dynamique différents de ceux d’une lutte dans une maison de soins dans le Yorkshire. Une organisation révolutionnaire doit se connecter aux luttes les plus avancées et les encourager à combler le fossé avec le reste de la classe. Afin de prendre le contrôle des moyens de production, divers segments centraux de la classe doivent se réunir à un niveau international. Les travailleurs intellectuels et technologiques, les travailleurs industriels et agricoles essentiels et la masse plus large des pauvres en colère, marginalisés et insurgés. Nous voulons aider les luttes avancées au sein de ces segments à briser les barrières. Pour cela, il faut être organisé aussi bien parmi les travailleurs du pétrole en grève que parmi les jeunes chômeurs qui bloquent la raffinerie. Nous pensons que les travailleurs qui sont désireux d’apprendre de leur histoire de classe et qui veulent aider activement les luttes à communiquer ont un rôle à jouer et nous voulons nous organiser avec eux.

En quoi votre travail diffère-t-il de celui du mouvement syndical typique ou de groupes syndicalistes comme IWW ou SolFed ?

Nous ne nous considérons pas comme un syndicat, mais comme un groupe politique de travailleurs. Nous pensons que la première étape pour les travailleurs est d’analyser leur situation, puis de choisir leurs armes avec sagesse. Cela inclut l’analyse du rapport de force avec l’entreprise, la situation juridique, la hiérarchie au sein du syndicat. Dans 80 % des cas, il est préférable pour les travailleurs de trouver des moyens de lutte directs mais informels ; dans certains cas, il est préférable de s’engager dans un conflit formel, et donc légal. Dans ces cas, vous voulez un véhicule juridique qui soit entre vos mains et non entre les mains d’un appareil syndical retiré. En fonction de votre force, vous pourrez peut-être arracher quelques concessions aux syndicats officiels et réussir à contrôler votre propre lutte dans les limites de la loi – qui est un cadre très restrictif. Si ce n’est pas le cas, les travailleurs peuvent utiliser un véhicule syndical qui dispose peut-être de moins de ressources, mais aussi d’une hiérarchie moins contrôlante.

Nous voyons l’IWW en ces termes pragmatiques : un véhicule limité permettant aux travailleurs de mener leur lutte dans des circonstances spécifiques. Cela nous distingue de l’opinion commune au sein de l’IWW, selon laquelle l’IWW est la principale organisation permettant aux travailleurs de mener leur lutte. Cela peut également constituer une différence pour la plupart des camarades anarcho-syndicalistes. Ils pensent que les travailleurs devraient se joindre à l’organisation et lutter par son intermédiaire, alors que nous pensons que nous, en tant qu’organisation politique, devrions nous organiser dans le cadre du point avancé de la lutte. Les syndicalistes risquent d’encourager le « fétichisme de l’organisation » parmi les travailleurs – où elle devient l’organisation, représentée par des symboles, des drapeaux et des insignes, qui a le pouvoir, et non les travailleurs et leurs actions collectives. Nous savons qu’à court terme, et en particulier lorsque les luttes sont peu nombreuses, les travailleurs veulent « rejoindre une organisation » pour se sentir plus forts. Le problème ici est que pour faire adhérer les gens, l’organisation devra se présenter comme victorieuse à tout prix, en évitant les reflets critiques des défaites. Et soyons honnêtes, la plupart des luttes se terminent par des défaites partielles. Se présenter comme victorieux à une époque où les victoires sont difficiles à obtenir se traduit souvent par des demi-défaites avec les patrons, qui peuvent encore être présentées comme des gains pour les membres travailleurs.

Il y a une limite au pouvoir des syndicats. Au Royaume-Uni, dans les années 1970, le pouvoir syndical était extrêmement développé. Dans de nombreuses usines, les syndicats décidaient qui était embauché et fixaient le rythme de travail. La question se pose ici : qui détient le pouvoir général ? Acceptons-nous toujours la règle de l’État, du marché ? Le pouvoir syndical s’est ancré et a été battu politiquement au milieu des années 1980. À cet égard, nous partageons beaucoup avec nos camarades anarcho-syndicalistes – la haine de l’État et de l’autorité, la nécessité d’une action directe et de la solidarité. Mais nous ne pensons pas que l’anarchisme » en tant qu’utopie ou idéologie soit utile pour comprendre réellement le potentiel de révolution. Ici, nous sommes plus marxistes et nous examinons les contradictions réelles du capitalisme et le potentiel des luttes ouvrières étant donné que le processus de production a aujourd’hui une nature sociale et mondiale.

Dans vos publications, vous mentionnez souvent les « réseaux de solidarité », comment fonctionnent-ils et comment sont-ils organisés ?

Le réseau de solidarité est lié au fait que de nombreux travailleurs sont marginalisés et ont des problèmes non seulement au travail, mais aussi avec les propriétaires, l’agence pour l’emploi, les autorités de migration. Nous offrons un soutien direct aux travailleurs individuels par le biais d’actions collectives. En soi, cela ne créera guère une dynamique collective plus importante. En général, vous êtes condamnés à vous battre au cas par cas, après quoi les gens retournent à leurs préoccupations quotidiennes. Nous insistons donc sur le fait que les travailleurs devraient penser à s’organiser dans leur emploi actuel et ne pas se contenter de réclamer de l’argent à leur ancien patron. Nous espérons également que le réseau de solidarité pourra se développer jusqu’à un certain point où il pourra soutenir activement les actions collectives des minorités sur un lieu de travail. C’est ce qui s’est passé dans le secteur de la logistique en Italie, où les grèves ont souvent dû être renforcées au départ par des supporters bloquant les entrepôts. Cela peut ne pas être nécessaire dans des secteurs structurellement plus forts, comme l’industrie manufacturière, mais dans le cas des entrepôts ou de l’agriculture, un tel soutien externe est souvent crucial.

Le réseau de solidarité est également important pour creuser un fossé entre les sections les plus marginalisées de la classe ouvrière et la classe moyenne dont elles dépendent. Les migrants récents dépendent des membres de la classe moyenne de leur « communauté » pour trouver un emploi ou un appartement. Les chômeurs dépendent de l’église, de la mosquée ou du temple pour survivre. C’est la base de toutes les tendances réactionnaires, car la classe moyenne tend à utiliser les éléments marginalisés pour attaquer les sections organisées de la classe ouvrière. C’est le fascisme. C’est les Frères musulmans. C’est la mafia. Concrètement, nous avons organisé trois permanences hebdomadaires différentes, annoncées par des affiches collées dans le quartier. Le réseau de solidarité peut vous aider à comprendre la classe ouvrière locale et à créer des contacts. En aidant les chauffeurs de camions pendjabis d’une petite entreprise de transport, nous avons fait connaissance avec les chauffeurs de la multinationale de restauration aérienne Alpha LSG.

Comment interagissez-vous avec votre/vos communauté(s), et quels problèmes spécifiques rencontrent-ils ?

Pour les raisons que nous avons mentionnées plus haut, nous n’avons pas tendance à parler de « communautés » en tant que telles. La « communauté indienne » de notre région est caractérisée par des lignes de classe très nettes et très exploitantes. De nombreux petits patrons locaux, des cadres moyens, des politiciens, des propriétaires et des chefs religieux sont « indiens » et exploitent et manipulent les travailleurs récemment arrivés d’Inde. Il en va de même pour la « communauté noire » ou la « communauté musulmane ». Nous entrons en relation avec d’autres membres de la classe ouvrière – d’où qu’ils viennent – par le biais de contacts au travail. Nous obtenons des emplois dans les grands établissements locaux et c’est là que nous rencontrons des gens. Compte tenu de la forte rotation des travailleurs, cela signifie également qu’après un an dans un lieu de travail de 1 000 personnes, vous aurez des contacts dans certains des nouveaux lieux de travail où vos anciens collègues se déplacent. Travailler dans un centre de distribution Tesco m’a permis d’établir des contacts avec des chauffeurs de camion à Heathrow.

Nous distribuons également notre journal, qui peut aussi vous faire parler. Les principaux problèmes sont assez bien connus. Contrats de travail à durée indéterminée, travail en équipe et longues heures de travail, salaire minimum. Les trucs habituels. Le régime politique général oblige les travailleurs à se soumettre à leurs dirigeants. De nombreux travailleurs migrants non européens doivent gagner un certain montant pour pouvoir faire venir leur famille. Cela signifie qu’ils doivent faire des heures supplémentaires. Cela signifie qu’ils doivent faire de la lèche aux cadres intermédiaires afin d’obtenir ces heures supplémentaires. Ensuite, il y a les problèmes habituels d’organisation de la garde des enfants si les deux parents travaillent en équipe. Ils s’en remettent souvent à la famille et aux amis. Nous pourrions pleurer sur tout cela, mais nous ne le faisons pas. La gauche pleure sur les logements surpeuplés. Nous disons « super, transformez-les en arrangements plus collectifs du travail domestique ». La gauche pleure sur le travail intérimaire. Nous disons « super, nous n’avons même pas de nom d’entreprise auquel être attaché et loyal ». La gauche se plaint du manque de densité syndicale. Nous disons « hourra, au moins ils n’étoufferont pas les actions des travailleurs lorsqu’elles émergeront ». C’est un peu la ligne de l’ultra-gauche, mais nous sommes ennuyés par le bruit de fond pleurnichard des classes moyennes favorables aux travailleurs.

Quels sont les plus grands problèmes auxquels vous avez été confrontés en tant que groupe, et qu’avez-vous fait/fait pour les dépasser ?

Le plus grand problème dans le groupe d’usines de transformation alimentaire où travaillaient les camarades était que les travailleurs ne venaient pas aux réunions indépendantes après le travail. Nous parlons ici de quatre usines, situées à proximité les unes des autres, avec 4 000 travailleurs. Au travail même, il est également difficile de parler et vous ne pouvez pas passer d’un service à l’autre. Nous avons lancé un bulletin d’information sur les usines, mais cela n’a créé qu’un petit nombre de contacts supplémentaires. L’un d’entre nous a décidé de devenir délégué syndical, malgré le fait que la direction et les représentants syndicaux travaillaient en étroite collaboration. Les travailleuses travaillent sur les chaînes de montage depuis deux décennies et paient leurs cotisations syndicales, mais elles sont encore payées quelques pence de plus que le salaire minimum. Nous avons poussé une ligne indépendante, en dénonçant tout d’abord les élections truquées des représentants syndicaux. Nous avons eu tous les représentants contre nous. Nous avons ensuite promu une augmentation de 1 £ pour toute revendication salariale. Les travailleurs l’ont accepté. Jusqu’à présent, la direction avait pu payer différentes augmentations pour différents niveaux de compétences, mais nous avons dit que tout le monde avait besoin d’une augmentation d’une livre. Les représentants syndicaux ont essayé de décourager les travailleurs de voter pour la demande, mais les travailleurs ont voté trois fois pour. Nous avons organisé des réunions pour les travailleuses, des nettoyeurs, des matchs de cricket, des réunions dans les parcs familiaux et des assemblées aux portes dans le cadre du conflit salarial, mais la combinaison du manque de confiance des travailleurs et des représentants syndicaux qui ont saboté la campagne officielle de rémunération du syndicat a fait que le bulletin de grève s’est bloqué. Nous avons continué à distribuer notre bulletin indépendant, proposant la ligne suivante : « Camarades travailleurs, poussez le syndicat à convoquer des assemblées et dites-lui ce que vous voulez. Si le syndicat ne fait pas ce que vous voulez, faites-le vous-même ». Mais malgré tous les efforts, il a été difficile de convaincre 4 000 travailleurs, qui avaient été divisés, dont l’anglais était merdique, qui étaient constamment malmenés, que les travailleurs unis ne seront jamais vaincus. L’autre grand problème est donc de garder le moral. Cela peut devenir frustrant. Nous nous amusons avec nos camarades internationaux en France et en Espagne, nous leur rendons visite pour bavarder, manger des tapas et boire du vin, ou nous traînons dans les bars de Berlin avec nos amis polonais qui travaillent sur Amazon. Nous lisons sur l’histoire de la classe ouvrière, les luttes internationales actuelles et les cycles longs du capitalisme, afin de voir au-delà des défaites quotidiennes. En général, c’est une bonne vie.

Quelle a été, selon vous, votre plus grande victoire récente en tant qu’organisation ?

Nous n’obtenons pas de victoires ! (Je plaisante !) Il serait ennuyeux d’énumérer les diverses victoires monétaires à quatre chiffres du réseau de solidarité ou les petits gains obtenus grâce aux actions informelles pour l’emploi. Notre plus grande victoire est que nous sommes entrés dans cette région en tant que deux communistes isolés et qu’après quelques années, nous avions des contacts dans trois douzaines de lieux de travail locaux plus importants, un cercle d’amitié de 30 à 40 personnes de la classe ouvrière autour du réseau de solidarité et 2 000 travailleurs sur nos lieux de travail qui nous connaissaient en tant que militants ouvriers qui pouvaient dire des choses amusantes sur la révolution, mais qui étaient honnêtes et n’avaient pas peur du patron. Nous avons également établi des dizaines de contacts internationaux avec des camarades de la classe ouvrière à l’étranger. Les luttes quotidiennes sont importantes, et nous en avons eu quelques-unes, mais il est tout aussi important de se préparer. Les luttes ne se développent pas progressivement, elles émergent par bonds, souvent sans être le résultat d' »efforts d’organisation ». Nous voulons être un exemple pour d’autres révolutionnaires qui veulent s’enraciner dans la classe ouvrière locale, tout en développant un horizon communiste internationaliste plus large. Nous pensons avoir réussi à encourager quelques autres à le faire.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent créer une organisation comme la vôtre ?

Lisez Marx ou d’autres choses pour comprendre comment fonctionne le système dans son ensemble. Faites-le ensemble. Soutenez-vous les uns les autres dans votre vie quotidienne. Choisissez un domaine qui vous semble intéressant d’un point de vue politique, peut-être parce qu’il y a des lieux de travail plus importants ou de nouveaux travailleurs ou parce qu’il y a déjà eu des luttes. Vous pouvez facilement mettre en place un réseau de solidarité et voir ce qui en ressort. Il est cependant plus intéressant et plus fructueux de trouver soi-même un emploi dans un grand établissement. Il existe de nombreux ouvrages sur le sujet, au cas où vous seriez novice dans ce type d’environnement. Les camarades ont fait ce pas avant vous. Plus important que Marx : apprenez des autres travailleurs autour de vous. Même si vous avez lu quatre livres, soyez humble. Lancez une publication locale pour les travailleurs, avec des rapports sur les conditions et les luttes au travail, sur ce que font les autres travailleurs ailleurs dans le monde, sur la façon dont notre lutte quotidienne est liée à notre espoir d’une société meilleure. Ne vous embourbez pas dans votre localité. Allez vers d’autres camarades, réfléchissez à ce que vous faites dans le grand miroir de l’espace et du temps.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose que nous n’avons pas encore abordé ?

Il y a beaucoup d’autres choses, mais vous pouvez les lire dans notre livre « Class Power on Zero-Hours ». Honnêtement, si vous pensez dans le même sens, n’hésitez pas à nous contacter. Nous avons des réunions régulières avec des camarades dans différentes villes et nous pouvons vous aider à mettre en place un groupe local en partageant nos expériences.

Le texte original : https://angryworkersworld.wordpress.com/2021/01/09/born-in-the-wild-west-of-west-london-an-interview-with-angryworkers/

Boulogne-sur-mer, le 21/01/2021

This entry was posted in Société de classes. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire