Le maire impose la fin des 35 heures aux travailleurs de la commune de Boulogne-sur-mer

Le maire impose la fin des 35 heures

aux travailleurs de la commune de Boulogne-sur-mer

 

Le lundi 25 juin 2018, une journée de grève et un rassemblement devant la mairie ont troublé la quiétude proverbiale de la vie municipale boulonnaise. A cette occasion, nous avons rencontré quelques agents municipaux avec lesquels nous avons longuement discuté de la cinglante et expéditive remise en question de leurs conditions de travail. 

La soudaineté de l’annonce a pris de court les principaux intéressés. C’est lors d’une réunion protocolaire à laquelle l’ensemble des agents avaient été conviés que Frédéric Cuvillier asséna la nouvelle. Brandissant un rapport de la chambre régionale des comptes que nul autre que lui, si ce n’est sa garde rapprochée, n’avait eu le loisir de consulter, il s’érigea du même pas en défenseur des intérêts moraux des salariés et des devoirs du Service Public. Ainsi, comme il le suggéra aux agents, en consentant de bonne grâce au sacrifice, ils échapperaient à l’opprobe. Il fallait oser. Mais comme aurait pu le proclamer un dialoguiste célèbre, “un homme politique, ça ose tout !” 

La preuve, il réitère dans un courrier en date du 29 juin, dans lequel il fait porter la responsabilité de ses décisions sur les épaules de l’actuel gouvernement. Mieux, il y convoque en défense les acquis de la Résistance, une fois de plus mis à mal(1)… Plus c’est énorme et mieux ça passe. Faut-il rappeler à Frédéric Cuvillier qu’il fut aux côtés d’Emmanuel Macron un des acteurs de la politique du Parti Socialiste au pouvoir ? Qu’il y a défendu avec zèle toutes les attaques contre les travailleurs, et notamment la Loi Travail, dite “Loi El Khomri”, dont il fit l’article dans la salle municipale de la Faïencerie aux côtés des jaunes de la CFDT ? 

les mesures prises par la direction de la mairie de la ville de Boulogne-sur-mer

Elles reposent sur deux points : l’augmentation de la durée légale du travail qui passe de 35 h à 37 heures et la suppression de congés exceptionnels. En contrepartie, la direction avance des RTT compensatoires. Elles passeraient à 12 jours dont deux journées imposées, au lieu de 8 actuellement(2). 

Derrière tout cela, s’entremêlent : l’annualisation du temps de travail -la cour des comptes pointerait un temps de service effectif de 1524 heures contre 1607 heures obligatoires(3) ainsi qu’un dispositif de congés exceptionnels qui n’aurait, selon elle, aucun fondement juridique ; les effets de la circulaire de 2002 sur la réforme de la fonction publique, ainsi que la politique de décentralisation. En dernier lieu, l’équipe municipale affirme se plier aux recommandations de l’administration afin de toucher en retour les dotations promises par L’Etat. Un protocole d’accord sur l’aménagement de la durée du temps de travail a donc été avalisé par Force Ouvrière, le syndicat majoritaire. 

avec l’aval du syndicat maison

Force Ouvrière est historiquement le syndicat maison au sein duquel certains ont occupé la double fonction de représentant syndical et de chef du personnel. Il ne faut y voir aucune contradiction mais plutôt la preuve par l’exemple de l’état d’intégration achevé du syndicalisme, de son délitement consommé et la meilleure expression de son clientélisme.

De son côté, la CGT dénonce un passage en force et dans la précipitation. Elle souligne que l’avis de la cour des comptes n’est que consultatif et rappelle à juste titre que la réduction de la masse salariale n’est que le fait du prince et de lui seul. Il y avait sans doute d’autres pistes à explorer conclut-elle dans son tract. Assurément, il y aurait beaucoup à dire et plus encore à écrire. Ne serait-ce que sur l’obsession touristique qui anime l’équipe municipale en place et sur ce qu’elle induit pour les habitants. Quel est le coût réel de la mise en spectacle d’une ville en déshérence économique que ses responsables actuels cherchent à vendre à n’importe quel prix ? Quel est le coût réel des opérations immobilières qui voient le jour aux quatre coins de la cité ? A qui profitent-elles actuellement et à qui profiteront-elles à terme(4) ? Certainement pas à la population locale. 

La question qui vient immédiatement à l’esprit est la suivante : comment FO a-t-elle vendu cette régression à ses adhérents et qu’est ce que la direction de la mairie a promis à FO en échange ? Pour le moment, il semblerait que les adhérents de base de FO ne soient pas les mieux informés ni du contenu, ni des conséquences de cette attaque contre leurs conditions de travail. Il leur a juste été assuré “qu’ils ne perdraient rien (…), qu’on les soumettait à la réglementation la moins pire”… Aussi regrettable que cela puisse être, en règle générale, les salariés ignorent tout ou presque du simple cadre légal qui régit les conditions de la vente de leur force de travail. La plupart d’entre eux méconnaissent leurs droits les plus élémentaires et comment les revendiquer. Il va sans dire que dans le climat feutré et paternaliste d’une mairie comme celle de Boulogne-sur-mer, le cas est d’école …

Journée de grève et rassemblement devant la mairie, la base se cherche …

Une journée de grève était annoncée pour le lundi 25 juin et un rassemblement s’est tenu devant les portes de la mairie. Quelques personnes, une quinzaine tout au plus prirent l’initiative d’y participer. On comptait parmi elles, essentiellement des adhérents de la CGT et quelques salariés non encartés. Anecdote croustillante, les éclats de voix de la sono syndicale irritèrent au sein de l’enceinte municipale, à tel point qu’une employée excédée et non-gréviste pris l’initiative, ou reçu l’ordre (?) de couper le sifflet à Jean Ferrat ! Pour une première riposte, la déception semblait palpable. Certains sont conscients de se faire pigeonner et il est hors de question pour eux de ne pas réagir. Mais se mobiliser et parvenir à mobiliser autour de soi, parfois pour la première fois, n’est pas chose aisée. A plus forte raison dans une période où les exemples de luttes qui gagnent sont exceptionnelles. Le plus souvent, elles sont victorieuses au prix d’une détermination et d’une mobilisation dans la durée que l’on n’a pas observé dans une boîte boulonnaise depuis bien longtemps(5)… Ceci étant, une première réunion d’information organisée début juin par la CGT-Mairie-et-CCAS avait rassemblé une centaine de personnes.  Lors de la réunion suivante, la vingtaine d’agents présents échangea sur les modalités  d’organisation et les possibilités d’ actions qui s’offraient à eux. Il y a semble-t-il dans l’ensemble des services des personnes qui tâtonnent, qui cherchent mais qui cèdent encore facilement au découragement à l’issu d’une première expérience déçue … D’autres rognonnent dans leur coin, d’autres encore, stigmatisés, demeurent sourds pour le moment à toute nécessité d’organisation collective. Enfin, restent ceux qui attendent de voir avant de s’engager. Comme dans n’importe quelle boîte, la crainte du petit chef, les admonestations et un management qui monte tranquillement en puissance se révèlent être de puissants inhibiteurs. 

Du côté de la CGT, au-delà de la pétition qu’elle a initié, se profilent en arrière plan les prochaines élections professionnelles. Elle ne manquera pas de les agiter comme le débouché le plus sûr au cas où la mobilisation en resterait là. Maigre consolation pour qui n’attend pas grand chose d’une simple redistribution des chaises syndicales. 

D’ores et déjà, Macron a annoncé vouloir en finir avec le cadre actuel de la fonction publique. Après être parvenu à imposer son plan à la SNCF, il ne s’arrêtera plus en si bon chemin. La fin des 35 heures n’est qu’un avant-goût de ce qui attend les municipaux à l’avenir. Il semble donc qu’une page se tourne, reste à savoir maintenant qui écrira la prochaine. 

                                                                                                              

           Boulogne-sur-mer, le 07/07/18

 

(1) Les soit disants “acquis de la résistance” semblent être le dernier des fétiches qu’une gauche moribonde soit encore capable d’agiter aujourd’hui. Ils servent à tout et à n’importe qui. Il est pourtant nécessaire de faire une mise au point sur le sujet. Ces fameux acquis, n’ont été concédés aux travailleurs au lendemain de la seconde guerre mondiale qu’en contre-partie de leur sacrifice physique pour relancer la production capitaliste. Le tout sous le contrôle implacable de la CGT et du PCF. Lorsque les travailleurs refusèrent de continuer à marcher dans cette combine, autrement dit de perdre leur vie à ne même pas la gagner, alors, éclatèrent les grèves de 1947. Ce sont ces grèves, que le socialiste Jules Moch réprima par la violence militaire. Rien que dans les mines, les révocations, les suspensions et les déplacements forcés se comptèrent par centaines.

(2) Huit RTT qui correspondaient aux 36 h de travail hebdomadaire d’un agent avant le 1er juillet 2018. 

(3) 1607 heures obligatoires, soit : une base de 1600 heures annuelles auxquelles sont ajoutées 7 heures au titre de la journée de solidarité.

(4) Se reporter aux textes répertoriés sous la rubrique Production capitaliste de l’espace : https://lamouetteenragee.noblogs.org/post/category/production-capitaliste-de-lʼespace/

(5) Les luttes gagnantes de la période, que ce soient celles des postiers ou des travailleuses du nettoyage, l’ont été car elles ont bénéficié d’un large soutien. Ces luttes dures et longues ont débouché sur des victoires car elles ne sont pas restées cantonnées au sein de la boîte. Elles ont su aller chercher et obtenir à l’extérieur de l’entreprise le soutien actuellement indispensable pour faire plier un patron, quel qu’il soit. A méditer … 


F.Olution à la Mairie

Le temps s’écoule, les têtes changent mais les pratiques, elles, demeurent. Pour illustrer notre propos, nous reproduisons cet article rédigé à l’époque par les animateurs du journal local de contre-information, Le Cri du Boulonnais (1). Comme vous le lirez, en février 1978, à la mairie de Boulogne-sur-mer, l’intégration syndicale à l’appareil municipal était déjà la règle.                                           

(1) Le Cri du boulonnais paraîtra de 1977 à 1978. Durant cette période, sept numéros du journal seront édités. Le Cri regroupait des membres du groupe local de l’Organisation Communiste Libertaire (OCL), des inorganisés, des membres du Parti Socialiste Unifié (PSU) ainsi que des adhérents de l’association “Les Amis de la Terre”. 

This entry was posted in Luttes dans les boîtes. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire