Mobilisation et actions dans le boulonnais

Mobilisation et actions dans le boulonnais

Comme partout ailleurs, la journée du 5 décembre fut un succès à Boulogne-sur-mer.

Dans la nuit du 4 au 5 décembre, des ouvriers de la marée ont tenté sans succès d’investir la zone industrielle de Capécure. Des forces de polices, semble-t-il dépêchées depuis Calais, sont intervenues malmenant physiquement et verbalement les ouvriers, les empêchant même de distribuer leurs tracts. Certains d’entre eux auraient été conduits au commissariat.

La bourgeoisie, sa police et son préfet

Dans la nuit du 5 au 6 décembre, une action de blocage est menée au dépôt de bus desservant l’agglomération. La RATP a récupéré la délégation de service public et comme il sera dit à la presse : «  on ne veut pas les laisser partir car c’est le seul moyen de transport disponible aujourd’hui. Et on n’a pas vu Marinéo, en grève hier avec nous ». Précisons toutefois que les ouvriers de l’atelier étaient à l’arrêt le 5 décembre et présents à la manifestation. Seul le roulement fonctionnait et en partie seulement comme nous l’expliquera le conducteur du premier bus sorti du dépôt. Lui même était gréviste la veille. Une chose est certaine, la cfdt est majoritaire dans la boîte depuis longtemps et Berger se félicite d’avoir inspiré l’idée de la « retraite universelle » à Macron …

Cette nuit là, comme la précédente à Capécure, le groupe de bloqueurs était attendu. D’une manière ou d’une autre, l’information était forcément parvenue aux oreilles de la police. La confidentialité devra désormais être la règle à observer en toute circonstance et l’usage des prétendus « réseaux sociaux » sérieusement réinterrogé dans la lutte qui s’engage.

Instantanément, le repli s’opéra sur le rond-point du casino où un barrage filtrant sans réel effet sur le porte-feuille du patronat se mit en place sous le regard rassuré de la police … Les pompiers furent dérangés pour éteindre un anecdotique feu de palette car, aux dires d’une femme en uniforme : « Monsieur le préfet ne veut pas de feu de palette ! » Si « Môsieur ne veut pas ! », alors …

La journée du 5 décembre

Elle a démarré tôt le matin par un piquet organisé par les cheminots grévistes. Elle s’est poursuivie par une manifestation plus fournie qu’à l’habitude qui se termina devant la gare dont la direction avait pris soin de boucler l’accès. Les travailleurs de nombreux secteurs et services et même de boîtes privées comme la clinique côte d’Opale étaient dans la rue. Des Gilets Jaunes étaient présents et interpellèrent durant le rituel des prises de paroles les représentants syndicaux sur la suite à donner à cette journée.
Une première Assemblée Générale se teint dans l’après midi qui réunit pour la première fois sur la ville des travailleurs syndiqués ou non et des Gilets Jaunes. La volonté d’unir les forces en présence a été affirmée de part et d’autre. Maintenant le jeu est ouvert …

Boulogne-sur-mer, le 07/12/2019

This entry was posted in Retraites 2019/2020. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire