Compteurs Linky : la guerre éclair rêvée d’Enedis

Compteurs Linky : la guerre éclair rêvée d’Enedis

 

Nous avons déjà évoqué la campagne de refus des « compteurs intelligents » Linky * qu’Enedis ( ex ERDF ), avec le soutien assuré de l’État, entendait imposer à quelques 35 millions de foyer en cinq ans seulement. À l’époque, il s’agissait de présenter l’opération comme une banale évolution informatisée de la gestion de notre consommation d’électricité. Las ! Quelques usagers – on dit maintenant clients – ont dévoilé les caractères nocif, dangereux et liberticide inavoués du Linky, sont entrés en résistance et ont essaimé.

Sur fond d’opacité volontaire,de mensonge organisé, de désinformation érigée en système, c’est au pas de charge qu’Enedis installe désormais ses compteurs new-look. Il est en effet crucial pour l’entreprise du smart grid de prendre de vitesse les récalcitrants et pour cela tous les moyens, légaux ou pas, sont bons.

L’enrôlement

«39 000 salariés, le groupe, qui revendique «une culture d’ingénieurs», compte «40% cadres, 10% intermédiaire et 50% de techniciens» »  peut-on apprendre de  Chantal Gernemont, directrice du numérique chez Enedis. Les hommes du rang sont donc issus d’une autre « culture ». Ils seront recrutés chez ou par : Agiscom, ERS, LS services, Sera Airria, Atlan’tech, GMV, OTI, Setelen, Chavinier, Parera, Phinelec, SFATD, DSTPE, Link Elec Solutions, Satelec et le groupe européen coté en bourse Solutions 30, les seize boîtes de élues en 2015 par ERDF, une trentaine aujourd’hui. L’embrigadement sera confié aux professionnels que sont Pôle emploi, les têtes de file de l’intérim Manpower, Adecco et Randstad mais aussi Indeed ou Qapa sur le net. Et tous les autres, même la rubrique des offres d’emploi du magazine L’Étudiant est mise à contribution ; vivier de précaires oblige… Bref, le ban et l’arrière ban des marchands de gagne-pain.
« Devenir poseur Linky, c’est simple et très rapide avec l’Afpa » ! C’est le credo de l’organisme de formation classique et acteur du service public de l’emploi (SPE) dont la situation sur un marché particulièrement concurrentiel est on ne peut plus fragile. L’Afpa propose une formation, en amont  de celle dévolue au recruteur, en trois modules courts ( entre 3 et 9 jours ) pour augmenter ses chances au d’accéder au job. Dans la pratique, n’importe qui peut postuler, l’Apave transformera le chômeur en poseur en 21 jours. « Entre septembre et décembre 2015, cette société [avait] ainsi déjà formé cent cinquante agents venus de tous les horizons professionnels. » Après cet entraînement accéléré, l’incorporation sera facilité par la vieille recette des contrats aidés.(1)

Une fois embauché le soldat du Linky sera confronté à un autre boulot que la simple pose d’un compteur. Il devra aller au contact du client. Si ce dernier est docile, pas informé ou embobiné, tout se passera bien, dans le cas contraire…(2)

 

Le terrain

Dans le cas contraire, l’état major a prévu une feuille de route pour réagir à l’épreuve du feu. Une fiche intitulée « Que faire face au refus sur le terrain ? Situation poseurs » est remise aux recrues pour palier aux difficultés de la mission.
Pas suffisant semble-t-il ! Témoignage d’un poseur, qui a tenu cinq mois sur cet emploi, atteste du sale boulot à accomplir :« j’avais l’impression d’être une sorte de SS ou de Gestapo chargé d’imposer un poison chez les gens [ …] Nous avons pour consigne de tout faire pour convaincre les récalcitrants, témoigne Marco ( le prénom est changé ). Aux mensonges et menaces par courriers, coups de fil et SMS à répétition de la part d’Enedis, s’ajoutent les visites des techniciens qui vont défiler toute la journée pour les faire craquer. ».(3)
Ainsi la réalité d’un coup de force est-elle partagée par les abonnés avertis et des travailleurs de terrain qui ne laissent pas leur conscience au vestiaire.

Tous les employés des sous-traitants d’Enedis n’ont pour autant pas de ces états d’âme. Soumis à leur besoin d’argent – un peu comme des contrebandiers de base qui chassent le gorille ou le rhinocéros –, ils font le job , touchent le salaire, d-ailleurs variable d’une boîte à l’autre, avec voiture de service, avantages éventuels ( panier repas, caisse à outils fournie… ) et… une prime variable sur objectifs. Voilà qui nourrit les vocations de mercenaires.
Et le résultat ne se fait pas attendre pour poser le Linky par la force ; les coups-de-main se multiplient : violations de domicile, effractions, mesures de rétorsion (coupure du courant), menaces d’amendes ou de facturation et même maltraitance et agressions physiques !(4)

Harcèlement, intimidation, menaces… les méthodes maffieuses déployées contre les particuliers se conjuguent aux pressions exercées sur les communes, les plus petites notamment. Exemples d’intimidation :

  • Avec l’appui de l’État, Enedis a mis en œuvre sa campagne en établissant des têtes de pont sur de très petites communes. Le plus souvent, en début de conquête surtout, ni les habitants ni les maires n’étaient informés – en tout cas pas par les institutions ni l’industrie de l’énergie – du caractère inquiétant du Linky. Mais dès les premiers échos, toute tentative de rébellion a été matée. Ainsi un village de 160 habitants en Dordogne, a voté le 6 avril 2016 une délibération en conseil municipal refusant l’installation de ces compteurs sur la commune. Or, c’est une décision que seul le maire est habilité à prendre. La Préfecture, donc l »État, en allié objectif d’Enedis, s’engouffre aussitôt dans la brèche demande une suspension de la délibération qu’elle obtient du tribunal administratif de Bordeaux et qui, en sus condamne la commune « non pas [à] une amende à l’État mais des frais ( 1200 euros ndlr ) pour un cabinet privé venu à la rescousse de la préfecture ( qui n’était pas représentée à l’audience ) ».(5)
  • Une commune de 274 habitants dans les Alpes-Maritimes, a, elle, reçu un appel du préfet local pour lui ordonner de retirer sa délibération refusant le compteur, le lendemain même du vote.(5)
  • En Bretagne, Enedis implante durant leur absence un Linky chez les particuliers. Chez l’un d’eux, le maire décide d’intervenir pour faire stopper les travaux. Résultat : « Avec l’accord d’Enedis, le prestataire, Atlantech, a fait venir la gendarmerie sur place ! ». Le maire avait demandé à ce qu’aucun compteur ne soit posé, le temps d’obtenir les résultats de l’étude de l’Anses sur le sujet. Réplique : une mise en recours gracieux contre son mandat d’élu. Le maire saisit l’Association des maires de France (AMF). D’autant que, selon lui, le Syndicat départemental d’énergie du Finistère (Sdef) « a reçu un mail de la part d’Enedis, mettant en cause la mauvaise volonté des communes à
    informer leurs administrés.(5)

Une vaste campagne de nombres de présidents de Syndicat départementaux d’énergie a été lancée pour renoncer « spontanément » à s’opposer à l’installation des compteurs Linky. Les éléments de langage de ces courriers pratiquement identiques sont ceux d’Enedis. Parallèlement, des préfets montrent un zèle particulier dans leurs démarches d’intimidation des élus locaux qu’ils traitent comme leurs subordonnés.

 

Résister commune par commune, quartier par quartier, logement par logement

La stratégie de progression d’Enedis consiste en l’établissement de têtes de pont dans les petites communes qui jouxtent des agglomérations plus denses. Lesquelles doivent être conquises au plus vite. Dans le Boulonnais par exemple, ce sont de petits villages aux alentours de Desvres ( 5000 habitants environ) qui ont été ciblées aux vues de naturaliser « l’avancée technologique » de la ruralité locale. En loucedé la plupart du temps, le courrier préparatoire ne laissant supposer l’ampleur des dégâts.
Tactiquement, il s’agit d’imposer selon les schémas vus plus haut les compteurs par tous les moyens et de profiter de l’ahurissement des victimes. Ainsi, on a pu constater qu’à Arras, une partie de la population s’est réveillée « linkysée » sans même s’en apercevoir jusqu’à, déjà, l’apparition des premiers problèmes. Une fois la ville ouverte à Enedis, officiellement, plus rien à faire que de subir. Et de se résoudre aux coûteux – à plus d’un titre – aménagements ultérieurs pour édulcorer ou masquer les nuisances. Et de gager sur la captivité des abonnés aux ventes de fichier, au contrôle social et autres nécessités qu’exige la smart city que le capitalisme high-tech et la politicaillerie inféodée ne cesseront de plaider.

Désormais, malgré les dénégations officielles, les risques sont connus et la renommée de la politique d’exaction d’Enedis soutenue par l’État précède désormais, autant que faire se peut, l’arrivée des courriers et des poseurs. Des quantités de particuliers annoncent par pli recommandé que ce sera sans eux. Des collectifs de lutte se forment à mesure de l’agression annoncée.
C’est à vrai dire la seule solution valable : s’informer, diffuser la réalité du danger, s’unir, lutter. S’il n’existe pas de collectif proche, il faut en créer un ! Ne pas hésiter à se déplacer physiquement et en nombre à la mairie, la représentation de la communauté de commues ou d’agglomération ou chez le particulier harcelé.

Il est capital d’avoir en tête que ce combat n’est pas plus une chasse aux moulins à vent qu’une revendication quelconque de consommateur grincheux ou anti-tech primaire. L’enjeu est éminemment social et sociétal bref : politique ! Il ne s’agit rien moins que de lutter contre une vision du monde reposant sur l’autoritarisme, le contrôle social, la dévalorisation de l’individu, la répression de l’opposant, le déni de l’intégrité des personnes et de leurs lieux de vie, le triomphe de la mercantilisation et des intérêts industriels.

En Allemagne, les compteurs communicants ne sont imposés qu’aux foyers ‒ c’est certes encore trop ‒ consommant plus de 6 000 kilowattheures après un audit mandaté par le gouvernement fin 2013, qui stipule que l’adoption massive de nouveaux compteurs n’est pas dans l’intérêt du consommateur allemand. Et ce à contre-courant des directives de l’Union européenne.(7)

C’est possible de gagner et on n’a pas, on n’a plus le droit de perdre.

Boulogne-sur-mer, le 06/06/2017

Sources :
(1) http://union.libreserviceweb.fr/magazine/article/poseur-linky-une-formation-dediee.html
(2) Médiapart
(3) ibid (2)
(4) http://refus.linky.gazpar.free.fr
(5) http://www.letelegramme.fr/finistere/cast/compteurs-linky-la-tension-monte-encore-d-un-cran-08-07-2016-11140277.php#fV4fH5ewIcDW24ty.
(6) www.bastamag.net
(7) http://resistance-verte.over-blog.com/2016/03/l-allemagne-renonce-a-la-generalisation-du-compteur-intelligent.html


* Contre le compteur Linky à Boulogne sur mer

Venir s’informer et débattre à propos des compteurs électriques Linky le samedi 10 décembre à Boulogne-sur-mer.

Création à Boulogne-sur-mer d’un collectif contre l’installation des compteurs électriques Linky. S’ informer, s’organiser, lutter.

 


Encadré :

Linky : qu’en disent les syndicats ?

Travailleurs et consommateurs captifs, les travailleurs, du secteur énergétique notamment, ont forcément un avis quant à l’imposition du compteur communiquant Linky. Rapide coup d’œil sur les positions de quelques organisations syndicales.

Sans surprise la CGE CGC n’y voit que bonheur et progrès et dénonce « les tentatives de discrédit » des malveillants opposants. Comme ça, c’est fait.
Pour la FCE CFDT « l’électricité est LE fluide énergétique de la nouvelle économie. Elle sera, comme le gaz, distribuée à travers un compteur communiquant, Linky, qui va à la fois simplifier la facturation, améliorer l’efficacité du dépannage réseau et ouvrir les usages. »  Bien.
Pour sa part, la CFTC CMTE reste basiquement factuelle. Dans son bulletin « La Comète » n° 55, elle tique sur l’hétérogénéité des tarifs qui, selon la centrale, « aideront, peut-être, les consommateurs à mieux gérer leurs consommations de «pointe» mais ils pourraient aussi se traduire par des difficultés nouvelles, à commencer par celle de comparer les offres. » . Voilà.
De son côté, FO aime bien la chasse au gaspi grâce à l’observation de la consommation et redoute la diminution des emplois à la clef mais craint que l’opération Linky coûte cher, le coût étant in fine supporté par le consommateur. Bref, corporatisme basique du service public.

La CGT reste, comme dans toutes les luttes, le syndicat des bases. Si les camarades du secteur Énergies 77 dénonce le fond problématique pour l’usager du compteur déshumanisé, son combat porte essentiellement sur la casse de l’emploi. Plus fondamentalement, dans son rôle, la CGT Consmaction ( Indecosa ) s’implique radicalement dans la nécessité d’une lutte commune consommateur/ travailleur. Textes et engagement à l’appui.

Solidaires/SUD, les CNT et CNT/AIT, enfin, attaquent avec virulence le totalitarisme Linky. Présents sur le terrain au sein ou relais des collectifs, ils accompagnent ou sont à l’initiative de diffusion d’info, d’interventions concrètes.

À l’évidence l’appréciation de l’osmose travailleur/consommateur n’est pas à l’unisson. Mais un réel espoir existe d’une lutte conjuguée de ceux et celles qui subissent contre les diktat de la bourgeoisie qui impose ses intérêts industriels et politiques.

Que ce qui est prôné advienne…

This entry was posted in Société de classes. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire