Une fois encore le travail tue à Arcélor-Dunkerque

Une fois encore le travail tue à Arcélor-Dunkerque

 

Nous dénoncions dans le n°30 de La Mouette Enragée les conditions de travail plus que dangereuses qui existaient alors dans l’entreprise. Notre article avait pour base une rencontre avec des camarades du SLT (Syndicat de Lutte des Travailleurs) qui avait toujours dénoncé les accidents du travail conduisant régulièrement à des morts.

A l’époque le « score » était édifiant : depuis l’ouverture jusqu’en 2010, on a dénombré 210 morts. Ce ne sont pas là évidemment les chiffres des patrons. En effet, ne sont pas considérés comme morts sur leur lieu de travail ceux qui décèdent dans l’ambulance ou ceux qui ne sont pas des salariés de Mittal. Les sous-traitants ne sont pas des salariés comme les autres.

Le décompte macabre n’est malheureusement pas terminé : le 26 décembre dernier un salarié de 36 ans trouvait la mort. Fait qui devient rarissime selon la direction puisqu’il faudrait, selon eux, remonter à 5 ans pour le dernier accident mortel. Ce dimanche 12 avril un intérimaire perdait la vie sur le site de Grande-Synthe (1). Le mépris de la vie des travailleurs est toujours présent à Dunkerque comme ailleurs.

Que fait le groupe Mittal pendant ce temps-là ?

Dans un communiqué de presse du1er août 2014 (2), la société de M. Lakshmi N. Mittal, se targue que le taux de fréquence des accidents du travail est en baisse au deuxième trimestre 2014 par rapport au deuxième trimestre 2013 ! Certes ces deux accidents mortels n’avaient pas encore eu lieu… Sinon les résultats sont meilleurs : la dette baisse, les bénéfices augmentent.

Et les salariés ?

Qu’ils ne s’inquiètent pas les syndicats s’occupent d’eux. La CGT revient bien sûr en page d’accueil de son blog sur le drame qui s’est produit (4). Mais qu’on ne s’y trompe pas, la sécurité n’était pas au centre des débats du dernier CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail). En effet, les élus de la centrale se félicitent dans un tract de la réfection des … réfectoires. Même si cela à son importance on est loin des considérations de mise en danger de la vie que représente le travail à Sollac.
Deux accidents mortels en à peine 4 mois et des bénéfices en hausse. C’est bien une bonne application du capitalisme. Plus de rendement pour plus de bénéfices au mépris de la vie humaine. Cela ne date malheureusement pas d’hier et n’est pas prêt d’arrêter.
Notes :
(1) Information émanant du site de la Voix du Nord :  http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/2015/04/13/grande-synthe-deces-d-un-interimaire-de-21-ans-sur-le-site-arcelormittal-703359.html
(2) à lire ici : http://corporate.arcelormittal.com/~/media/Files/A/ArcelorMittal/investors/results/previous-results/ER-Q214-FR.pdf

This entry was posted in Luttes dans les boîtes. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire