CPE : La victoire en trompe l’œil

Contrat Pourri Et caetera. L’imagination putative a, deux mois durant, décliné le mot de trois lettres, le mot de Villepin, jusqu’à le rendre, pour finir, imprononçable. Le dico sociopolitique a, malgré quelques tentatives d’édulcoration pour une poignée de « radicaux », conservé d’autres sigles du même champs sémantique : CDI, CDD, CNE… L’ombre de la précarité planant sur la jeunesse avait été dissipée, assurant du même coup une condition de salarié à venir qui s’annoncerait sinon radieuse et pour cause préservée.

751617 3 8aa0 inscriptions-anti-cpe-sur-la-vitrine-d-une

Une déclinaison possible …

 

     Le contrat lancé par Galouzeau-de-Villepin sur la jeunesse aura remué du monde et dans pas mal d’azimuts. Si une certaine cristallisation de mécontentements est apparue au fur et à mesure de l’amplification du mouvement, on a pu constater et on aurait pu le prévoir que les enjeux n’étaient pas les mêmes selon les protagonistes et leurs positions respectives.

Imbroglio ma non troppo

      Pour le MEDEF, c’est le cadeau empoisonné, le cadeau de trop, trop voyant. Les patrons ont déjà l’arsenal de contrats précaires qui font très bien l’affaire jusque là, dont le CNE qui n’a mis personne dans la rue, ni suscité de joutes enflammées à l’Assemblée. Le service public a lui aussi son lot de vacataires et de contractuels dont les plus décidés, notamment dans l’Éducation Nationale et pour cause se joindront aux cortèges.

     A droite, les sarkozistes attendent que De-Villepin (et son dernier carré), s’écrase comme une merde. En ligne de mire : 2007 et cap sur le contrat unique. Galouzeau quant à lui n’a pour objectif que de satisfaire l’orgueil de De-Villepin.

     A gauche, le PS, au contraire fait mine de se raccrocher à coup d’amendements contre le projet de loi. Tout en se faisant d’abord jeter des manifs, il joue le grand écart jusqu’au trotskistes pour recréer un truc du genre union. Par ailleurs les partis politiques ont à faire oublier la dichotomie d’avec  » le pays réel  » héritée du référendum “relatif à la constitution européenne”. Les syndicats réformistes ont d’une part les défaites, programmées, à assurer (retraites, sécu … ) et d’autre part leurs congrès à venir. On s’aperçoit aujourd’hui que la construction d’un front unitaire sur des mots d’ordres minimalistes devrait redorer les blasons. Les candidatures uniques des plus pusillanimes rassurent les états majors, parfois de plus en plus décalés d’avec leurs bases, dont des pans entiers, parfois, ont claqué la porte suite aux échecs d’anthologie de ces dernières années.

C’est jeune et ça commence à savoir

     Le tri des bons et des mauvais, des vrais et des faux jeunes, des politisés et des autres a épuisé tous les volets. La grosse trouille qui a agité les microcosmes politiques, syndicaux et médiatiques, c’est la jonction objective entre la  » racaille des quartiers  » et  » les futures élites « . Car s’il est vrai que quelques bandes agressives ont émaillé les manifs, la grosse majorité des jeunes de banlieue venait grossir les rangs des cortèges, avec les mêmes motivations que leurs camarades d’ intrapériph.

On a glosé sur la (re ?) politisation de la jeunesse. La réaction est majoritairement partie des étudiants qui n’étaient pas la cible privilégiée du CPE et qui ont senti passer le vent du boulet de la précarisation alors qu’ils attendent de leurs diplômes des postes stables et qualifiés.

CPE 1

Affiche diffusée par la CNT

Le mouvement paradoxal

      Si l’on s’en tient au feuilleton médiatique, le mouvement contre le CPE se résume au refus d’une période d’essai (de consolidation de l’emploi selon la phraséologie des patrons) et le licenciement possible sans motivation de l’employeur. Gagné. Le retrait de ces points de grippe renverra tout le monde chez soi en vainqueur. Le  » Non au CPE  » comme stricte revendication, s’il a permis de mettre jusqu’à 2 millions de personnes dans la rue, ne pouvait qu’avorter un mouvement d’ampleur dès lors qu’il serait satisfait.

      Amorcé le 7 février 2006 par une journée d’action nationale d’envergure modeste, le mouvement « anti CPE » amplifiera de façon exponentielle jusqu’à sa retombée brutale à partir du 10 avril.

Très vite des facs se mettront en grève ( Rennes, Nantes, Montpellier,Toulouse, Lille, …), lançant concrètement l’action, notamment par des blocages.

       Bloque ? Pas bloque ? Le débat sur la nécessité et la légitimité des blocages s’est instauré dans les universités. Il ressort objectivement que d’une part, l’établissement d’un réel rapport de force avec un pouvoir sourd et aveugle, à travers le blocage, a permis l’amplification du mouvement, même si l’argument liberticide pour les non-gréviste (dont une bonne partie s’affirmait contre le CPE !) a été resservi tel que pour les cheminots, électricien, personnel communaux et autres enseignants “preneurs d’otages”. Pourtant le mouvement s’est grosso-modo cantonné au monde estudiantin, lycéen, collégien parfois. Le « monde du travail » s’est singularisé par son absence compte tenu de l’enjeu. Les secteurs des transports ou de l’énergie n’ont pratiquement pas bougé alors que leur appui eut été décisif et aurait pu amener la lutte sur un champ plus large que le strict CPE. Idem pour le secteur de l’industrie où le combat a été perçu comme étranger à leurs propres aspirations. Les travailleurs (en activité ou pas) sont généralement apparus en tant que parents ou citoyens et ont même parfois dans cet esprit cherché à « calmer le jeu » derrière des badges syndicaux .

     Déplorons enfin le silence ou les fiascos des « générations précaires », stagiaires anonymes qui avaient initié une bagarre il n’y a pas si longtemps et des intermittents empêtrés dans la leur. Personne au bout du compte ne voulait du CPE mais son irruption dans le droit du travail aura eu l’heur de masquer les renoncements.

     L’absence d’implication massive des travailleurs dans l’action révèle le peu d’allant des appareils syndicaux encore fortement présents dans les ateliers pour un combat de fond. Si la menace d’une grève générale a effectivement plané, elle est venue comme d’habitude d’une partie radicalisée de la base. Parce que la grève générale ne se décrète pas, elle procède de l’émulation d’une classe en lutte ; elle nécessite l’implication spontanée de toutes et tous. La grève générale est un support indispensable à la rencontre, au débat élargi, aux actions communes. Elle installe un rapport de force réel qui met en jeu ses propres débouchés et garantit une véritable résistance à la répression. C’est sa valeur intrinsèque, au delà du symbole qui a timoré une partie des acteurs potentiels du mouvement.

Une organisation sans orga ?

      La spontanéité du mouvement a pris de court les partis, les « partenaires sociaux”. Autre particularité, la résistance a été ancrée sur le terrain (comme ont pu le faire les  » émeutiers  » de novembre 2005). Là où l’on est. C’est dans la rue, le quartier, la ville que la lutte a été menée.

      Des coups tels que les blocages de voies rapides, de rond-points, de lieux publics, des voies de chemin de fer … avec distribution de tracts ; la mobilité de petits groupes efficaces et présents tous les jours ont permis de maintenir le mouvement y compris durant les vacances scolaires au grand dam du presque gouvernement De Villepin. Et de quelques autres.

      Sur le fond revendicatif les mots d’ordres  » officiels  » n’auront pas suffit et des critiques plus larges de la loi ont vu le jour: le travail dès 14 ans, le travail de nuit dès 16 ans.

      Les dispositions relatives au travail ou aux études ont aussi été mises dans le chaudron . Enfin une solidarité de fait étudiants, lycéens/ travailleurs (syndiqués ou non) a pu être constatée à travers, par exemple, le cadenassage de certains dépôts par les premiers et l’impossibilité forcée de travailler des seconds. Bref la prise d’otage avec consentement, cette fois, et qui évite aux prolétaires une répression quelconque.

La répression nerveuse

      La priorité affichée le 16 mars par Sarkozy,  » c’est d’interpeller les casseurs et d’éviter toute forme de violence inutile « . Les casseurs sont décrits : militants « de l’extrême gauche », « de l’extrême droite », « des hooligans » des « voyous d’un certain nombre de quartiers ». Il a été difficile de les trouver. Les interpellations en marge des manifs ont en majorité concerné des étudiants, lycéens ou travailleurs précaires. Si Sarkozy, en début de mouvement a demandé à ses sbires « la plus grande retenue », très vite, il est revenu à sa politique du chiffre. Les flagrants délits étant trop peu nombreux, on a laissé le champ libre aux rafles d’après manif sans prétexte aucun . A tel point que de simples passants se sont vus embarqués manu militari. Il se trouve qu’en France, la revendication politique n’est officiellement ni un motif d’interpellation ni une circonstance aggravante de l’infraction. Il fallait donc vendre aux médias l’axiome “personne interpellée = casseur”. Dans plusieurs villes de province, des leaders locaux (lycéens ou étudiants) ont été présentés à la justice sans aucun autre motif que d’être connu des RG pour leurs activités politiques ou syndicales légales. Au total, ce sont 4 500 personnes qui se sont vue au minimum privées de liberté (quelques heures ou jours de garde à vue) et présentaient un profil rarement conforme à celui du « casseur » multirécidiviste abonné aux commissariats

lyon

Tags lyonnais pendant le CPE

Et après ? Et maintenant ?

      La lecture du mouvement anti-CPE est finalement multiple. Pour certains, c’est un combat des classes moyennes, (étudiants), pour conserver un statut déjà chancelant. D’autres y voient l’éveil politique d’une jeunesse jusque là atone. Il aura fallu deux mois pour empêcher le projet de De Villepin. Il avait fallu 2 temps et 3 mouvements pour éjecter le CIP de Juppé. Entre les deux tout a continué. Aujourd’hui ? Tout continue.

       Le fait de ne pas connaître des modalités d’exploitation pires que celles entérinées serait une victoire ? La question de l’exploitation capitaliste du prolétariat ne se poserait-elle plus ? Il faudrait aménager, simplement ? Avoir refusé le CPE signifierait se satisfaire des conditions de vie liées au travail. Serait-ce en CDI, le productivisme, le profit large et immédiat, le coût du travail minimum, la main d’œuvre pas chère, les discriminations en tout genre, restent la marque de l’exploitation d’une classe par une autre. On croit avoir évité le pire ? Mais qu’est-ce qui empêche de faire signer un CNE à un jeune de moins de 26 ans ?

       Tout reste à faire. Par nous même, contre tous les appareils. Allons … un bon mouvement!

Boulogne-sur-mer. Septembre 2006.

Notes :

1) Les CDD représentent 32 % des emplois des 15-29 ans.

2) Le 7 mars 2006 entre 400 000 et 1 million de personnes sont dans les rues de plus de 200 villes. le 9, jour de l’adoption à l’Assemblée de la loi  » sur l’égalité des chances » 38 universités sont en grève.

3) Les RG avaient défini les émeutiers de novembre comme étant des jeunes adultes masculins, des jeunes travailleurs précaires et pour la plupart inconnus des services de police. Donc des prolétaires en chute libre.

4) La prévention selon Sarko : des trains de banlieue ont été contrôlés pour empêcher  » des casseurs qui viennent d’un certain nombre de quartier et qui sont les mêmes que les « émeutiers du mois de novembre…  » Pas de présomption d’innocence pour les pauvres bronzés.

5) A Boulogne sur Mer, ce sont les lycéens qui, à juste titre ont déclenché le mouvement.

6) Date du retrait/ transformation de l’article 8 de la loi sur l’égalité des chances.

7) Les services d’ordre syndicaux, requis au départ pour assurer la sécurité des manifestants ont révélé une capacité de freiner la montée en puissance et en radicalisation des jeunes quand ils n’ont pas favorisé la répression policière.

8) Le rétablissement des quotas des postes d’enseignants supprimés au Capes ou l’agreg (en STAPS notamment), la réforme européenne du système de scolarité (LMD).

9) Comme lors des manifs de sans papiers et de leurs soutiens.

10) Nombre d’interpellations ne reposaient que sur la parole du flic, en l’absence de la moindre preuve d’exaction de leur part.

This entry was posted in Mouvement contre le Contrat Première Embauche (CPE) 2006. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire