Regard sur le mouvement de mai/juin 2003

Il est difficile de dire si le mouvement de mai-juin peut se trouver un prolongement dans les semaines ou les mois à venir et si c’est le cas, quelles formes pourrait -il revêtir ? La volonté affichée par une partie de ses acteurs pourrait le laisser penser, mais sera-t-elle suffisante ? Dans de nombreuses villes, les enseignants sont restés mobilisés durant l’été et des rendez-vous étaient fixés pour la rentrée. La lutte des intermittents, le succès du Larzac, ont écorné la torpeur estivale mais il en faudra plus pour entamer la détermination de l’État et du MEDEF. Reprendre une lutte là où on l’a laissée après une défaite, ce n’est pas facile. Alors, c’est peut être, avant tout, en essayant de comprendre ce qui a fait la particularité de cette lutte que l’on avancera dans l’élaboration d’un nouveau et indispensable rapport de force.

Ce texte, nous l’avons rédigé à partir du vécu que nous avons eu de cette lutte à Boulogne-sur-mer, nous ne prétendons donc pas faire en quelques lignes le tour de la question. Nous avons d’abord recherché ce qui nous semblait significatif de l’état de la lutte sociale aujourd’hui. Nous n’évoquerons donc pas les différentes réformes en question ni ce qu’elles vont impliquer pour la vie de millions de travailleurs.

Pour un rappel historique, le contexte, les enjeux, voir ce site (mondialisme.org)

Des enseignants qui se cherchent.

     La place occupée par les travailleurs de l’éducation nationale, en pointe dans le mouvement, appelle quelques commentaires. Déjà par le nombre de grévistes puisque 2 500 établissements du secondaire sont en grève reconductible après le 13 mai. Dans les écoles, on recense à cette date 88 départements où le nombre de grévistes dépasse les 30 %. Des chiffres qui fluctueront au fil des semaines mais qui témoignent à eux seuls du caractère massif et national de la mobilisation. Une mobilisation en prolongement des luttes menées ces dernières années dans des académies de la région parisienne et du sud… et donc qui ne vient pas de nulle part.

   Si le projet de décentralisation est apparu comme un des facteurs déclencheurs, les raisons de la colère enseignante sont plus profondes. Au refus des différentes mesures : suppression des aides éducateurs, privatisation rampante du service public d’éducation au travers du transfert des compétences de l’État aux régions -mesures qui concourent toutes à la définition d’un projet global de société, se conjugue la mise à mal du rôle et de l’image sociale même de l’enseignant. Par ailleurs, s’il y eut une évolution notable durant ce mouvement, ce fut celle de la perception que les enseignants ont traditionnellement d’eux même. Les conditions de la lutte, la grève reconductible votée en Assemblée Générale et ses modalités élaborées et assurées en s’affranchissant à maintes reprises de la tutelle syndicale, ont traduit autant une aspiration à la radicalité que pour nombre d’entre eux, la découverte de sa possibilité. En l’exprimant un peu brutalement, on peut convenir que les profs se sont enfin déniaisés sur le terrain de la lutte sociale, ce qu’ils reconnaissent volontiers en affirmant « être fier d’avoir porté ce mouvement« .

     Il faut admettre que la position est de plus en plus intenable pour les travailleurs de la reproduction sociale. Le corps enseignant à bien des égards encore emprunt d’illusion « sociale-républicaine » se trouve confronté au quotidien aux conséquences de l’éclatement de son cadre de référence. Si le prof illustre encore la figure du travailleur « garanti et à statut », cette figure du salariat est à terme vouée à disparaître. Et sans pour autant la partager (l), depuis de nombreuses années, il côtoie la précarité sur son lieu d’activité. Qu’il exerce dans des quartiers frappés de plein fouet par la misère sociale où il se retrouve à assurer une pure fonction d’encadrement, ou entouré de jeunes ou moins jeunes en contrats bidons : CES, Emplois-jeunes…. il s’est rendu à l’évidence : l’école n’est pas restée cet espace en dehors du jeu économique, ce qu’elle n’a par ailleurs jamais été.

     A un niveau plus large, la pression constante des patrons sur le monde de l’enseignement (2), l’injection à hautes doses de précarité dans le secteur et la privatisation à terme des différents services publics comptent comme autant de facteurs propres à aiguiser les consciences. Ce qui dans les faits ne fait pas forcément le compte et laissait malgré tout peu d’espoir de voir éclore une réelle dynamique tant le réflexe catégoriel contamine la profession. Pour ne citer qu’un exemple, l’introduction dans le premier degré d’une distinction entre instituteurs et « professeurs des écoles » illustre ces clivages internes et les avantages qu’en retire l’administration. Rappelons si nécessaire que, le monde de l’école est parfaitement étranger à l’image monolithique qu’on lui renvoie. Il est bâti de niches qui s’ignorent mutuellement, et ce de la maternelle à l’université, en passant par les lycées professionnels. Rappelons au passage que ce sont surtout les personnels enseignants qui sont entrés en grève. La faible participation, en nombre, des TOS (techniciens, ouvriers de service) par exemple, tient à bien autre chose qu’à « leur niveau de salaire bien inférieur à ceux des profs qui rendait difficile leur engagement dans plusieurs semaines de grèves » (3). Les TOS ne se sont pas davantage investis parce qu’ils ne partageaient pas, dans l’espace des débats, les codes qui demeuraient ceux des profs, bien qu’en lutte. De la même façon, la grève n’a nullement effacé les barrières qui séparent enseignants du premier et du second degré. Que dire également sur un plan local de l’absence des travailleurs en contrat “Emplois jeunes”… On peut simplement répondre que la solidarité manifestée à l’égard des travailleurs les plus précaires de l’éducation nationale est souvent le fait des enseignants les plus politisés et qu’elle s’exprime en dehors des logiques syndicales institutionnelles.

     Certes, les réformes entamées par le gouvernement Rafarin ont déclenché une opposition massive du corps enseignant mais celui-ci n’a que partiellement dépassé ses propres freins durant le mouvement. Le temps de la grève n’a pas servi à élaborer une approche critique de l’institution. Le refus de bloquer les examens en fut la démonstration et les grévistes ont inscrit leur lutte dans une logique défensive.

     Localement c’est sur le dossier des retraites que les avancées ont été les plus notables, notamment dans la recherche d’ouvertures sur l’interprofessionnel. Le rapprochement opéré entre travailleurs de différents secteurs publics et dans une certaine mesure du privé, a permis l’organisation d’actions fortes. Et c’est bien en sortant du cadre éducatif que les enseignants ont ébauché dans les faits une critique politique fragmentaire. Notamment à deux reprises, d’abord en bloquant le départ de quelques deux cents camions chargés de poissons sur la zone portuaire de Capécure, puis en interdisant l’approvisionnement d’un hypermarché sur la journée. Pour limitée qu’elles soient dans leurs effets, ces initiatives ouvraient des perspectives, surtout elles déplaçaient la lutte sur le terrain de la production et de la distribution. Naturellement il s’agissait par d’autres moyens de chercher « à se faire entendre » du gouvernement. Sans parvenir à dépasser le discours « citoyenniste » propre au milieu, car c’est en direction de l’État que convergeaient ces initiatives, la jonction sur le terrain avec les travailleurs de la production a contribué l’espace de quelques semaines à repenser et recomposer une dynamique de classe.

     Attendons les mobilisations à venir pour savoir si l’essai porte ses fruits. Dans certaines régions les convergences ont donné lieu à la création de collectifs regroupant intermittents, profs, sans papiers ainsi que des travailleurs des boîtes en liquidation. A Boulogne-sur-mer, dans les semaines à venir, va se poser la question de l’avenir des ouvriers de la Comilog et d’autres entreprises. Souhaitons donc que s’approfondissent ces débuts de recherche commune, dans l’action et la réflexion.

Avant toute chose

     Ce qui vient immédiatement à l’esprit c’est la question de la grève générale et la responsabilité des syndicats dans son supposé sabordage. Poser le problème en ces termes est pour le moins surprenant puisqu’il revient, dans les faits, à reporter sur les bureaux confédéraux les conditions de son déclenchement. Bureaux desquels on expliqua que la grève générale ne se décrète pas mais qu’elle se construit et pour cause puisque tous ces mêmes dirigeants n’en voulaient pas. Quel était donc le sens de ces appels du pied quand on sait qu’historiquement les mouvements sociaux se sont toujours construits contre la volonté de ces bureaucraties ?

Si le rapport de force avait été propice au débordement la question ne se serait pas posée. Les espoirs mis dans la CGT et sa capacité d’entraînement dans les secteurs les plus combatifs paraissaient donc infondés, si ce n’était alors de s’en remettre aux sections les moins alignées, forcément minoritaires (4), ce qui appelle d’autres questionnements. Reconnaissons que dans de nombreuses régions, l’investissement de militants de base fut déterminant dans l’élargissement de la grève. Toutefois, le rapprochement d’avec la CFDT et les politesses adressées au P.S, l’absence de perspective politique à gauche et le refus de se positionner contre le plan Fillon suffisaient à comprendre qu’il n’était pas question un instant pour Thibault, de se lancer dans la bagarre.

     Du côté de la FSU, dès le départ, l’affaire était entendue puisque que c’était auprès de l’opinion que devait se livrer la bataille. Il est donc inutile de ré-ouvrir une fois encore le débat sur la responsabilité des directions syndicales dans l’échec de cette lutte. Localement, des camarades de la CFDT estampillés « Canal Historique » furent de toutes les actions faisant la démonstration, s’il en est encore besoin, que c’est à la base, sur le terrain et avec les travailleurs en lutte qu’il faut se retrouver pour commencer à poser les jalons.

Autonomie et démocratie jusqu’où et comment ?

     La mobilisation ne s’est pas vécue aux mêmes rythmes selon les régions mais la question de sa structuration s’est posée peu ou prou de manière assez semblable. Ainsi des tendances à l’auto-organisation se sont exprimées en premier lieu dans les assemblées générales à l’échelle des établissements ou des localités/ bassins. Il en est allé autrement des tentatives d’organisation départementale ou régionale qui sont la plupart du temps restées lettre morte. Il est assez difficile par ailleurs de lever l’ambiguïté sur l’expression d’une exigence démocratique dont les non-syndiqués seront les principaux vecteurs, mais qui ne se concrétisera que rarement ou sur la fin par un regroupement ou un positionnement autonome. Ainsi la coordination nationale ne fut que très peu le lieu de convergence d’expériences démocratiques et locales mais comme bien souvent un enjeu de pouvoir et une caricature décalée de la centralité parisienne. Les syndicats ont bien compris qu’elle ne représentait pas un concurrent sérieux, du moins pas en mesure d’égratigner leur légitimité pour d’hypothétiques négociations. Et c’est là, en partie, la limite de ce mouvement. Il a naturellement traduit la méfiance voire le rejet de pratiques bureaucratiques, tout en continuant dans les premiers temps à espérer des centrales la généralisation de la grève. Si la prise de distance fut une réalité, dans sa nature il est resté pétri de « syndicalisme ». Bien que contestés et mis à distance les appareils n’en restaient pas moins sur le terrain qui est le leur. Il est difficile d’affirmer que cela était dépassable dans la mesure ou les luttes de la période ne sortent que rarement de cette logique. Ce sont la critique et la pression qui ont prévalu à l’égard des syndicats et non pas le débordement. Une structuration autonome exige localement l’émergence dans le cours de la lutte de regroupements en capacité d’impulser des dynamiques, ce qui globalement n’était pas le cas. Que les non syndiqués aient joué un rôle déterminant dans la recherche d’une autre manière de vivre et gagner la lutte ne les mettait pas spontanément en capacité de le réaliser. Dans l’éducation, les luttes antérieures aux modes d’organisation différents sont restées localisées et en l’absence d’une tradition de lutte dures ces expériences n’ont pas laissé de trace dans la mémoire collective.

     Bien que les A.G furent ouvertes, des travailleurs du public et du privé y intervenaient régulièrement, la jonction avec les autres secteurs s’est effectuée essentiellement dans le cadre intersyndical. Dans le meilleur des cas, disons que les non syndiqués ont profité des brèches que purent ouvrir certains militants de syndicats minoritaires SUD/CNT (5). Qu’à certains endroits, des non syndiqués porteurs d’une expérience des luttes et conscients du jeu des bureaucraties aient pu se regrouper et agir, cela aussi fut important, mais au bilan, ça ne pesait que de peu dans le rapport de force. A l’exaspération et la détermination réelle des non syndiqués, une traduction politique pratique faisait défaut. Lorsque les grévistes dénoncent les entraves et les magouilles de tel ou tel représentant de centrale -comme dans tout mouvement les phénomènes de personnalisation jouent à plein- ils n’en demeurent pas moins accroché à une unité syndicale de façade. Il y a une trouille réelle à sortir du cadre et d’une certaine manière cela s’explique. L’auto-organisation ça se pense et ça se construit au cœur et au cours de la lutte, progressivement, ça ne s’improvise pas obligatoirement. Quand les syndicats n’offrent plus de garantie pour la bagarre, le vide ressenti paralyse plus qu’il ne libère. Il arrive aussi que le lien entre les acteurs eux même soit long à tisser. C’est dans ces moments que l’on mesure le degré avancé d’isolement qui ronge au quotidien la grande masse d’entre nous. A fortiori pour des travailleurs qui ne se pratiquent pas au quotidien. Pour la plupart des profs, la référence est celle des collègues de l’établissement où ils travaillent et ces fameux collègues n’étaient pas tous grévistes, du moins pas toujours ensemble. Créer une communauté de lutte exige un minimum de temps pour que les contacts s’établissent et commencent à porter leurs fruits, un handicap supplémentaire alors que le tous avaient conscience qu’il fallait rapidement élargir la lutte et la radicaliser.

Quelle unité, quels contenus

     Ce mouvement offre-t-il des signes de recomposition de classes ? Les catégories en mouvement en mai et juin sont-elles porteuses de perspectives mêmes partielles de dynamiques solidaires ? Quel sens donner à l’unité réclamée au travers de l’appel à la grève générale ? L’unité pourquoi faire, pour bloquer les réformes et trouver une voie à la vulgate “étatiste » de groupes comme Attac ? Et la question du travail dans tout cela… Autant d’interrogations restée en suspend à la fin de l’été mais qui se reposeront à n’en pas douter dans les mois a venir.

D’abord, les contours de l’unité et les termes d’une recomposition de classe ne sont pas si faciles à délimiter. Affirmer comme le font les camarades de la revue Temps Critiques que : “ ce qui a donné au mouvement de 95 comme à celui que nous venons de vivre sa dimension unitaire, c’est que dans les deux cas il part des travailleurs de la reproduction (reproduction du capital au sens productif pour ce qui est des secteurs des transports et des communications ; reproduction des rapports sociaux pour les enseignants, le secteur de la santé, les travailleurs sociaux,etc) est en partie vrai (6). Ceci dit, et sans pour autant réduire le mouvement de 2003 à celui de catégories intermédiaires, il fut d’abord et dans une certaine mesure l’expression d’une fraction de l’encadrement capitaliste.

     Pour l’encadrement d’État, dont les profs sont une composante importante, la défense du « service public d’éducation » en particulier, et des « services publics » en générale, est avant tout celle des conditions de sa reproduction en tant que classe (7). Conditions de reproduction aujourd’hui remises en question par les évolutions d’un capitalisme mondialisé. Cette rupture d’alliance réactive depuis quelques temps son vieux fond de commerce politique par l’entremise d’ associations et de publications qu’elle anime (8). En cela, rien de plus naturel puisque ce projet a été abandonné par l’appareil politique admis à sa réalisation : P.S, PC dont on remarqua le silence durant tout le mouvement. Mais pour ce qui nous intéresse, il faut comprendre que les multiples appels à « la société civile » pour préserver son projet politique d’étatisation du capitalisme, subordonnent dans les faits toute unité à une « démocratisation de l’État » dont, elle seule, en tant que classe tire intérêt. Difficile alors de parler de convergences avec les travailleurs de la production dont les intérêts demeurent parfaitement étrangers à ce  » fétichisme d’État ». On objectera que les travailleurs du privé ont vu dans les mouvements de 95 ou de 2003 une riposte aux ravages du libéralisme sur cette question, se remémorer la fameuse formule de « la grève par procuration ». Nous sommes bien d’accord là dessus, mais on ne pourra faire plus longtemps l’économie de la question du travail, de sa centralité réelle ou supposée, si comme on l’a entendu clamé au travers des appels à la grève générale, l’unité de l’ensemble des travailleurs reste une exigence dans la constitution d’un vrai rapport de force.

     A terme, cette frange du salariat s’est engagée dans une course de vitesse dont l’issue risque de lui être fatale si elle n’ouvre pas le champ de la critique au delà de la défense de ses intérêts propres. Il n’est qu’à voir ce qui est advenu du vieux mouvement ouvrier, dont les bastions sont tombés les uns après les autres, et souvent à la suite de luttes autrement plus radicales que celle que nous venons de livrer. Il n’y a d’ailleurs plus grand monde pour espérer d’un hypothétique new-deal que “la gauche de la gauche” appelle de ses vœux. Qui en serait seulement l’artisan ?

 

Boulogne-sur-mer le 26/09/03


Notes

(1) Rappelons au passage que la précarité touche également les profs. Nombreuses furent les luttes de « maitres auxiliaires » pour obtenir leur titularisation, le plus souvent contre la volonté des appareils syndicaux agrippés à la « sainte sanction du concours ».

(2)Lire à ce sujet les essais de Nico Hirtt : « L’école sacrifiée » et « Tableau noir » aux éditions EPO. Consulter également le site de l’APED : ~vww.ecoledemocratique.org

(3) Extrait d’un entretien avec Daniel Aiache, enseignant gréviste. Texte diffusé par la revue « Oiseau tempête « . Fin juin, durant une AG à Boulogne/mer, quelques camarades essuyèrent les protestations d’enseignants à qui ils venaient de rappeler l’attitude qui est le plus souvent la leur à l’égard des personnels ouvriers des établissements scolaires.

(4) Lire « Montpar rend les a=es » sur la sortie de grève des cheminots de Montparnasse.

(5) La CNT diffuse un texte « Assemblée Générale mode d’emploi » on peut se le procurer en écrivant à la CNT UL/Lille 1 rue Broca 59 000 Lille.

(6) Temps Critiques : Qualifier la grève pour catalyser les luttes. l’juillet 2003.

(7) « La place occupée par l’encadrement capitaliste dans la division sociale du travail, autrement dit sa spécialisation dans le travail de domination, explique par ailleurs le rôle tout particulier que joue l’appareil scolaire dans le processus de sa reproduction en tant que classe… » Entre bourgeoisie et prolétariat: l’encadrement capitaliste. A.Birh. ed L’harmattan. 1989.

(8) Il n’y a qu’à constater la sur-représentation de cadres du public : chercheurs, profs… dans une association comme Attac.

This entry was posted in Mouvement contre la réforme des retraites de 2003. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire