« LʼEtat fait la sourde oreille, quʼà cela ne tienne, nous ferons les fortes têtes »

« LʼEtat fait la sourde oreille, quʼà cela ne tienne,
nous ferons les fortes têtes »

Force est de constater que les pouvoirs publics font peu de cas de la détresse voire de la colère des salariés des établissements pour personnes âgées ou des soins à domicile. Pire, ils pratiquent la langue de bois, en promettant quelques miettes pour calmer la faim des travailleurs excédés. Il nous faudra donc mordre à pleines dents cette main qui prétend nous nourrir et sʼen repaître jusquʼà satiété.

Toujours motivés

Le 15 mars dernier, un nouvel appel à la grève était lancé. Devant notre Ehpad à Boulogne sur mer, le nombre de grévistes était plus important que le 30 janvier. Cela nous a valu le privilège de deux réquisitions de la part de la direction signées de la main du préfet. A la prochaine journée de grève, il nous enverra les CRS, qui sait. Le piquet de grève a été organisé et mis en place dès 7h30. Les salariés étaient toujours motivés et n’étaient toujours pas syndiqués. La fête a duré jusque 17h15. Dʼautres collègues sont venus au fur et à mesure gonfler nos rangs.

 

 

La présence de la CGT

Les informations contradictoires publiées dans les colonnes de la presse locale : manifestation ou pas, rassemblement ou pas, etc, nous ont amené à contacter un syndicat afin d’obtenir plus de précisions sur le déroulement de cette journée de grève. Les collègues avaient émis le souhait de rejoindre une possible manifestation locale. C’est donc la CGT Santé CHB (2) qui nous informa du programme de la matinée. En tout et pour tout, un seul rassemblement de retraités devant la sous-préfecture était prévu. Nous avons donc fait le choix de rester devant notre Ehpad et de distribuer un tract aux automobilistes. Celui-ci fut accueilli favorablement par la majorité d’entre eux.

Entre temps, la CGT nous a recontacté. Elle nous proposa de passer nous soutenir sur notre piquet de grève avant de rejoindre le leur. Jʼai soumis la proposition et la plupart d’entre nous lʼont acceptée. Lʼapproche fut amicale, sympathique et bon enfant. Mais à la grande surprise des collègues, une membre des renseignements généraux(3) accompagnait la délégation syndicale… La présence de la police suscita l’étonnement et alimenta la conversation après coup.

Sʼorganiser avec ou sans …

Nous avons entamé une discussion avec les camarades de la CGT-Santé devant notre établissement. Ses membres nous ont expliqué lʼimportance de se syndiquer, de monter une section syndicale dans la boîte et d’établir un rapport de force avec la direction. Le discours est juste et peut s’envisager pour des unités de travail comme les nôtres avec une direction craintive et isolée.

Pour autant, notre seule motivation a permis de nous mobiliser collectivement dans un Ehpad privé/associatif dont les salariés ne sont pas majoritairement syndiqués. Il n’en va pas de même à l’hôpital, par exemple, où malgré la présence syndicale, le personnel en grève a préféré rester chez lui …

Il faut d’abord en discuter !

Il est important de comprendre que sʼinvestir dans l’animation d’une section syndicale réclame de la disponibilité. Il faut imaginer une vie partagée entre ton boulot, ta vie de famille, ce qu’elle implique et le travail syndical. Cela exige de faire des choix, de sʼinvestir personnellement et collectivement. La plupart de mes collègues sont des femmes mères de famille. Après le boulot, cʼest encore du boulot.

Après discussion sur le sujet, il en est ressorti que les collègues nʼétaient pas prêts à s’impliquer plus avant, qu’ils n’en voyaient pas la nécessité pour le moment. C’est à eux que reviendra la décision de se syndiquer ou non et à quel syndicat.

Le 30 janvier et le 15 mars ont démontré qu’à une petite échelle, des salariés même non syndiqués pouvaient à un moment se sentir concernés et prendre conscience de leur condition, ne plus courber les épaules sous le poids du mépris ou de lʼindifférence et traduire cette colère dans la lutte.

Ce qui fut le plus marquant durant ces journées passées ensemble, c’est de voir le visage joyeux et détendu des collègues et de les entendre dire : « ça fait du bien de faire grève ! ».

Une aide soignante. Boulogne-sur-mer, le 11/04/2018

 

Notre tract du 15/04/18 : Dans les Ehpad : Refusons des conditions de travail discount

Notes :
(1) EHPAD : Etablissement dʼHébergement pour Personnes Agées Dépendantes
(2) CHB : Centre Hospitalier de Boulogne sur mer
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Direction_centrale_des_Renseignements_généraux

This entry was posted in Luttes dans les boîtes. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire